Le voyage de Martine touche à sa fin, l’Australie est sa dernière destination

La côte Ouest de l’Australie est moins connue que la côte Est, pourtant elle mérite autant le coup d’œil. La barrière de corail Ningaloo est aussi belle que la Grande Barrière. On peut nager avec les Raies Manta à Coral Bay, voir les dauphins à Shark Bay, et nager avec les requins baleine à Exmouth. On peut aussi obtenir un nouveau tampon sur son passeport en passant par la principauté de la Hutt River. Vous n’en avez jamais entendu parler ? Normal, elle n’est pas reconnue par la France.
La plus grande ville de la côte Ouest, c’est Perth, c’est également la plus isolée au monde (plusieurs milliers de kilomètres avant de rencontrer une rivale).

Au centre de l’Australie, on trouve le deuxième emblème du pays : le Mont Uluru (ou Ayers Rock de son nom anglais). Un immense rock sorti de nulle part qui copie les icebergs : un tiers dehors, deux tiers sous terre. Un endroit magique et sacré pour les aborigènes, qu’il ne faut absolument pas louper au levé du soleil.

Plus au Nord, se trouve Darwin, ville bombardée par les japonais lors de la 2nd guerre mondiale mais dont on n’entend pas parler. C’est le point de départ pour les excursions vers les Leichfield et Kakadu National Park, des petits bijoux aux multiples cascades et aux crocodiles omniprésents.

Je finis mon périple australien par la Grande Barrière de Corail, à Cairns et ses alentours, puis Cape Tribulation et Port Douglas. Je profite ainsi du silence aquatique pour penser à mon retour en France imminent. Si je suis contente de retrouver ma famille et mes amis, j’aurais quand même aimé continuer.

Mais ce n’est que la fin de mon tour du monde, pas la fin des voyages… Rentrer n’est qu’une étape avant de repartir.

Rédaction: Martine Achard