Cuba est le plus grand archipel des Caraïbes. On connaît souvent Cuba pour son histoire révolutionnaire, ses cigares, ses plages et ses voitures anciennes. Mais, Cuba c’est avant tout une atmosphère unique.

Cuba, c’est un peuple accueillant, curieux, passionné, cultivé, ouvert, débrouillard, blagueur et parfois même un peu roublard ! Cuba, c’est aussi de beaux paysages et un patrimoine riche d’histoires. Cuba, c’est encore des airs de musiques et des pas de danse.
Amateurs de salsa et de musiques latines, nous avions depuis longtemps envie de découvrir ce pays. Nous voulions une approche authentique et humaine.
Nos amis, Mélanie et son mari cubain Yohannys (association Solydanse : 06 70 30 62 08) nous ont permis de concrétiser nos souhaits et bien plus encore. Ils organisent, deux fois par an, un circuit de Santiago de Cuba jusqu’à la Havane sans oublier Trinidad.
Ainsi, durant quinze jours, ils nous ont planifié des cours de danse et organisé des sorties. Ils nous ont conseillé et accompagné. Ils ont su nous faire découvrir le meilleur de ce pays, sans toutefois nous cacher une réalité de vie souvent difficile.

Nous avons choisi d’essayer de vous faire partager quelques moments forts à Santiago, ville dans laquelle nous avons séjourné le plus longtemps.
Arrivés à l’aéroport de Santiago (capitale de la région de l’Oriente), l’accueil s’est fait « à la cubaine » c’est-à-dire dans la bonne humeur et avec un verre de rhum!
Ensuite, direction la « casa particular » de Lissette, notre logeuse et hôtesse pendant notre séjour à Santiago.
Le patio de Lissette est un lieu de vie. Assis sur des fauteuils à bascules, on y discute, on y rit, on s’y rencontre, on sirote des jus de fruits frais ou un bon café cubain… Certains après-midi, on peut se faire faire les ongles ou encore des tresses africaines.
C’est d’ailleurs, sous ce patio, entre un goyavier et un bananier que nous avons pris des cours de danse chaque matin (sous 38 degrés et un taux d’humidité élevé: surprenant pour les haut-alpins que nous sommes !). Grâce au dynamisme et à la bonne humeur des professeurs de danse, nous avons passé de très bons moments. Le soir, en leur compagnie nous sommes allés danser ou écouter de la musique à la « casa de la Trova »,« le salon del son » sans oublier « la Claqueta ». Un soir, nous avons été invités dans le quartier de Yohannys. Ce fut un moment merveilleux de partage. Ils nous ont appris à jouer aux dominos à la cubaine, nous avons dégusté la « caldosa » (soupe cubaine), bu du mojito et de la citronnade. Un voisin nous a montré la fabrication artisanale de cigares. Nous avons échangé des petits présents avant de nous quitter.

Bien évidemment, nous avons découvert la ville : le parc Cespédes, cœur de Santiago avec sa cathédrale, Tivoli, l’ancien quartier français, le parc Serrano avec ses joueurs de dominos, la calle Heredia bordée de maisons coloniales, parcourue de vieilles voitures américaines des années 1950, de motos (à qui on peut faire signe et qui servent aussi de taxis), de carrioles tirées par des chevaux…
De la terrasse du bel hôtel « Casa Granda », nous avons admiré Santiago d’en haut avec ses tuiles rouges, ses balcons, ses patios. Nous avons également constaté l’ampleur des dégâts de l’ouragan Sandy en octobre 2012.
Durant notre séjour se déroulait le festival des Caribes qui s’est clôturé par la « fiesta del fuego». Chaque soir, des festivités, des groupes de musique et de danse animaient les places et la baie de la ville. En parcourant les rues, nous avons souvent été interpellés. La plupart du temps juste pour le plaisir d’échanger, la curiosité de savoir (sachant que l’accès à l’information n’est pas toujours aisé).
Ce sont ces rencontres, ces échanges qui ont nourri notre séjour à Cuba et à Santiago en particulier.
Nous sommes repartis avec des souvenirs et des émotions plein nos valises en nous promettant d’y revenir.
Nous avons encore tant à découvrir!

Texte et photos : Marie et Antoine Davello