avec avec Géraldine

« LES Vietnamiens plantent le riz, les Cambodgiens le regardent grandir, les Laotiens l’écoutent pousser »…

Mi avril, il vient de reneiger sur les sommets des Hautes-Alpes, je prends mon billet d’avion pour Bangkok. Objectif: rallier Vientiane, la capitale du Laos. Après 14heures d’avion, une nuit dans le train couchette et 4heures de bus, j’arrive enfin dans ce pays incroyable et pour l’instant inconnu.

Pour qui connait un peu l’Asie, Vientiane ressemble plus à un village qu’à une capitale, étouffé par la châleur écrasante d’avant la mousson. On y ressent l’ancienne présence française et l’accueil chaleureux des Laotiens.
Une journée à vélo pour découvrir la ville et surtout le magnifique coucher du soleil sur un fleuve captivant: le Mékong.

Puis cap au nord, direction Vang Vieng pour découvrir le « tubing »: descente de rivière sur chambre à air de tracteur (qui n’a rien à voir avec nos activités d’eau vive sur la Durance) et surtout pour aller à la rencontre des habitants.
Dans la campagne, buffles, rizières, grottes et lagons contemplent le développement de la région d’un œil distant. Ce temps ancien, pourtant menacé, semble immuable. C’est encore plus flagrant sur la route entre Vang Vieng et Luang Prabang.

Luang Prabang, ancienne capitale historique, est l’une des villes les plus calmes d’Asie dans laquelle j’ai séjournée.
Nichée entre le Mékong et la Nam Khane, le temps n’a presque pas eu d’emprise sur ce site classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Outre la richesse du patrimoine aux alentours, c’est un endroit où l’on peut se laisser aller à la langueur indochinoise dans un petit café le long du Mékong…

Le Laos est une pépite brute à découvrir sans tarder, aussi bien pour ses paysages et sa nature hors du commun!… que pour la richesse de son patrimoine culturel, mais surtout, pour la gentillesse et le sourire des peuples du Laos!

Rédaction: Géraldine