Au fil de la Durance, les sites naturels et autres ouvrages remarquables font la richesse et la particularité de cette rivière emblématique aussi bien d’un point de vue historique, que paysager, sportif ou simplement contemplatif.

LA SOURCE DE LA DURANCE
Prenant sa source à 2 300 mètres d’altitude, à Montgenèvre, la Durance déroule ensuite ses flots sur 324 kilomètres pour se jeter enfin, dans le Rhône à Avignon.

›› Durance ou Clarée ?
La Durance aurait pu porter le nom de Clarée ! Selon les géographes, la Clarée, dont le cours est plus long, le débit plus important et la source plus haute que la Durance, aurait dû conserver son nom. L’histoire en a décidé autrement. Depuis l’antiquité les militaires, marchands et voyageurs ont nommé la rivière de la vallée « Druancia » et il faudra attendre le début du XVIIème siècle pour voir apparaître la Clarée sur les cartes.

LE PONT D’ASFELD, OUVRAGE AUDACIEUX
Spectaculaire ouvrage d’art du XVIIIème siècle, le pont d’Asfeld traverse les gorges de la Durance pour relier la ville haute de Briançon aux forts de la rive gauche de la Durance. Le marquis d’Asfeld, directeur général des fortifications ayant succédé à Vauban, décide de faire construire un pont en maçonnerie. Les importantes contraintes techniques, 40 mètres de gorges à franchir et une hauteur ne permettant pas de prévoir une pile pour limiter la portée de l’arc, imposent la construction d’un pont d’une seule arche de plein cintre. Avant de débuter la construction en 1729, il a fallu une année pour aménager la route d’accès. Le pont fut inauguré en grande pompe en 1731. Propriété de la Ville de Briançon, il fait partie de l’ensemble fortifié de Briançon inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Construit 60 mètres au-dessus de la Durance, le pont d’Asfeld offre un cadre et un panorama exceptionnels pour la pratique du saut à l’élastique.

LA TYROLIENNE, UNE AUTRE FAÇON DE FRANCHIR LA DURANCE
Amateurs de sensations fortes ? Prenez de la hauteur et élancez-vous sur une tyrolienne vertigineuse, à 200 mètres au-dessus des gorges de la Durance ! Sur la commune de l’Argentière-La-Bessée, au pont Gamonet, Roc Aventure a installé 4 parcours de via ferrata, 6 passerelles et 2 tyroliennes géantes de 500 mètres de longueur accessibles dès 4 ans.
photo : © Jan NOVAK

LA VAGUE DU RABIOUX, UN SITE NATUREL À LA RENOMMÉE INTERNATIONALE
La vague du Rabioux s’est formée naturellement à un goulot d’étranglement sur la Durance, en contrebas de Châteauroux-les-Alpes : la Durance est une rivière habituellement large, mais à cet endroit, les flots se concentrent en V, entraînant une augmentation de la vitesse et des volumes. En amont, le torrent du Rabioux se jette dans la Durance, apportant ses alluvions et ses blocs de pierre. Dès les années 1970, le site devient un spot mythique de sports d’eau-vive avec l’une des plus belles vagues naturelles d’Europe. Des compétitions d’envergure mondiale y étaient organisées, notamment le Rabioux River Festival avec son Rabioux Rodeo Contest. En 2005, des blocs ont été ajoutés et la vague est devenue encore plus spectaculaire mais aussi plus dangereuse… En 2016, les blocs ont été enlevés et la vague du Rabioux a pu retrouver son état d’origine.
photo : @Michel Baudry

LA PASSERELLE DE LA CLAPIÈRE À EMBRUN
Sur la commune d’Embrun, une toute nouvelle passerelle piétonne et cycliste de 52 mètres de long, permet de franchir la Durance. Elle s’appuie sur les culées de l’ancien pont en bois construit provisoirement après le bombardement du pont de la Clapière en août 1944. Cette passerelle métallique a été complétée par la création d’un cheminement permettant de rejoindre le chemin pédagogique aménagé récemment à l’embouchure du lac.
Photo : @Benoît Regord – Air Libre

LE PONT DE SAVINES-LE-LAC
La construction du barrage de Serre-Ponçon a nécessité de nombreux aménagements routiers et ferroviaires : plus de 14 km de voies ferrées et 3 viaducs S.N.C.F ainsi que 50 km de routes et plus de 2,5 km de ponts, dont le viaduc de Savines long de 924 m.
Cet ouvrage d’art exceptionnel, achevé en 1960, surplombe de 40 mètres l’ancien village de Savines. Il est composé de 12 éléments de 77 mètres prenant appui sur 12 piles de section carrée de 5 mètres avec une épaisseur de béton de 40 cm. Chaque travée est articulée à mi-portée et les piles sont creuses et précontraintes verticalement. Cette infrastructure spectaculaire, qui a fortement marqué l’histoire du barrage, est aujourd’hui l’un des emblèmes du département.
Photos anciennes : @AD05

LE VIADUC SUBMERGÉ DE CHANTELOUBE
Aujourd’hui noyé dans les eaux du lac de Serre-Ponçon, le viaduc de Chanteloube, viaduc à destination ferroviaire, était l’amorce d’un projet de ligne ferroviaire qui devait relier Chorges à Barcelonnette. Le projet, lancé en 1909, a été interrompu en 1935, le viaduc n’a donc jamais été mis en service. La position de l’avant-pont est du viaduc se situe au niveau de la côte 780, niveau maximal du lac… il réapparait donc en partie lorsque la côte du lac redescend et ses 300 mètres deviennent praticables à pied, quand le lac est au plus bas.

texte : Aline Guillet