La Durance abrite des milieux naturels très différents. De ses eaux vives aux bancs de galets, des ripisylves aux bras morts, une incroyable variété d’espèces animales et végétales y prospère.

RIVIÈRE EN MOUVEMENT
Le lit de la Durance divague au gré des crues, fait glisser ses méandres d’une rive à l‘autre et se divise parfois en plusieurs bras (tresses), les bancs de galets se déplacent, la végétation est arrachée. Sans cesse remodelée par ses crues, la Durance n’a rien d’un « long fleuve tranquille ». Malgré les nombreux aménagements de l’homme réduisant l’impact des crues, la Durance préserve ce caractère sauvage et constitue un espace écologique d’une grande richesse qui justifie son label Natura 2000.

LEXIQUE DE LA DURANCE
›› Ripisylve : forêt qui se développe sur les alluvions de la Durance jouant le rôle d’abri et de source de nourriture pour de nombreux animaux.
›› Lône : bras mort, plus ou moins important, coupé du lit principal de la rivière.
›› Iscle : banc d’alluvions dans le lit des rivières fréquenté par la Sterne pierregarin, le Petit Gravelot, le Guêpier d’Europe et le Martin-pêcheur d’Europe.

RIVIÈRE AUX OISEAUX
La vallée de la Durance est certainement l’un des sites de France où la diversité avifaunistique est la plus grande. Elle abrite plus de 260 espèces d’oiseaux et plus de 60 espèces d’intérêt communautaire* avec notamment le Blongios nain, le Milan noir, l’Alouette calandre et l’Outarde canepetière. Important couloir de migration, la rivière accueille aussi de nombreux oiseaux hivernants et migrateurs.
* espèces en danger, vulnérables, rares ou endémiques

RIVIÈRE DES PÊCHEURS
Les Hautes-Alpes offrent de magnifiques terrains de jeu et invitent à se connecter au milieu sauvage.
Pêche au TOC, à la mouche, aux leurres, peu importe la technique, la Durance et ses affluents réservent aux pêcheurs d’un jour ou de toujours de belles surprises, comme croiser la route de la truite Fario de souche méditerranéenne. Cette truite sauvage a su s’adapter aux conditions de montagne et a acquis une génétique comparable à celle d’un athlète de haut niveau qui lui permet d’assurer le maintien de ses populations.

Légendes des photos :
›› La Durance et ses méandres
›› La Glaucière jaune pousse sur les iscles nus de la Durance. Son implantation évolue au gré des crues.
›› la Petite Massette, roseau protégé, affectionne les berges limoneuses humides.
›› Les eaux tranquilles des lônes font le bonheur d’espèces telles que certaines libellules.
›› La Durance, paradis des pêcheurs

Texte : Aline Guillet et photos :@SMAVD et @Fédération de pêche des Hautes-Alpes