Madinina, petit coin de paradis entre mer de Caraïbes et Océan Atlantique.

J’ai eu l’opportunité de partir à deux reprises en Martinique car, depuis cinq ans ma sœur y habite. La première fois c’était en 2009 dans le cadre d’un stage professionnel, et la deuxième fois en 2011, à l’occasion des fêtes de fin d’année pour trois semaines de pures vacances ! J’ai ainsi pu découvrir ce petit coin de paradis dans les meilleures conditions.

Cette île, entre mer des Caraïbes et Océan Atlantique porte bien son nom, on l’appelle “Madinina” autrement dit “l’île aux fleurs”: bougainvilliers, roses de porcelaine, balisiers et j’en passe ! Là où en métropole nous les retrouvons chez le fleuriste, en Martinique elles sont à portée de main. La Martinique bénéficie d’un microclimat qui lui confère une végétation tropicale très dense dans le nord, alors que dans le sud le climat est beaucoup plus sec : on y trouve même des cactus ! C’est impressionnant de pouvoir passer de la forêt tropicale, aux savanes arides et aux plages sur une si petite île!

La Martinique, je l’ai découverte par la mer, par la terre mais aussi par la voie des airs ! Pour Noël 2011, on m’a offert un baptême en hélicoptère et je dois dire que la “terre vue du ciel”, ça vaut vraiment le coup d’œil. C’était un moment inoubliable et magique que je vous recommande.
Autre moment inoubliable, la faune aquatique. Lors d’une sortie en catamaran nous avons rencontré des dauphins, ils étaient nombreux à venir nager autour du bateau. Quel privilège de voir ce spectacle! Avec ma sœur, j’ai également pratiqué le snorkeling (plongée avec palmes, masque et tubas), nous avons été surprises par la multitude de poissons de toutes les couleurs et de toutes les tailles. Cela m’a également permis de nager avec deux tortues de mer ainsi qu’avec des milliers de sardines à Anse Noire (rare plage où le sable est noir), c’est amusant à dire comme ça, mais c’est fabuleux à vivre !

Du côté faune sauvage terrestre, on retrouve des manikous (si vous avez vu “l’âge de glace” ce sont les frères opossum), des petites grenouilles, les zandolis (lézard), des colibris et à l’occasion des énormes scolopendres ou encore des “matoutous falaises” autrement dit des mygales.

Personnellement, je n’ai rencontré qu’une mygale du côté de l’Anse Couleuvre. Mais je vous rassure, il est très rare de croiser ce genre de petites bêtes !
Ah ! J’allais oublier les deux bestioles les plus redoutables: le moustique et le yen-yen (minuscule moucheron qui ressemble à un tout petit moustique). Alors armez-vous de spray !

La Martinique c’est aussi des traditions, des coutumes et une histoire (esclavage, culture de la canne et du sucre, Aimé Césaire). Aussi, mon objectif sera de retourner là-bas pendant le carnaval et pendant le tour des Yoles. Le carnaval est un évènement où petits et grands se rejoignent afin de défiler dans de somptueux cortèges orchestrés selon des thèmes. Le tour des Yoles, quant à lui, est une “institution” en Martinique. C’est le tour de la Martinique sur un bateau traditionnel. Toutes les Antilles viennent suivre ces bateaux tout au long de leur course, que ce soit le long des côtes ou en mer !

Je termine en espérant vous avoir donné envie de découvrir cette magnifique île et les trésors qu’elle renferme !

Rédaction : Lise DHORNE