Rencontre avec Alem, le jeune prodige du beatbox, sacré Vice-Champion du monde de la discipline à Berlin en 2012 et Champion de France en 2013. Aujourd’hui, Alem enseigne et transmet sa passion aux adultes et aux enfants.

Qu’est-ce que le beatbox ?
Né aux Etats-Unis, au début des années 80, le beatbox « boîte à rythmes humaine » en anglais, consiste à imiter des instruments de musique en utilisant la voix (trompette, saxophone, guitare basse etc…). C’est un chant a cappella qui donne la sensation d’entendre une polyphonie. Cette technique vocale offre une aisance naturelle autant sur le plan rythmique que corporel.

Combien de sons peut-on produire ?
On ne soupçonne pas la quantité et la variété de sons que l’on peut émettre avec sa bouche pour peu que l’on sache faire intervenir aussi le nez, la gorge, la langue, le palet, les dents. Il est également nécessaire de développer sa capacité respiratoire. Tout comme en sport, plus on s’entraîne, plus il est facile de jouer longtemps. Il est possible de mixer 2 ou 3 sons en même temps mais le but est d’enchaîner les sons donnant l’illusion d’exécuter plusieurs tonalités.
Personne n’a la même forme de bouche ou d’écart des dents, donc d’un beatboxer à l’autre, les sons seront différents.

Comment est venue cette pratique du beatbox ?
Je suis né dans une famille de musiciens. De ce fait, j’ai toujours baigné dans un univers musical. J’ai commencé à pratiquer la guitare à l’âge de 6 ans. Puis à 11 ans, j’ai découvert les percussions et la batterie. A partir de ce moment, cette voie est devenue un moyen inépuisable d’expressions. Instinctivement j’ai toujours imité avec ma bouche les rythmes que je faisais en batterie. Un jour, mon grand frère m’a dit  » ce que tu fais là, ça s’appelle du beatbox « . C’était en 2006, j’étais en 4ème.

Comment as-tu évolué dans ce milieu ?
Depuis la découverte de ce « monde » musical, je n’ai pas lâché le beatbox ! En 2008 à Lyon, pendant la fête de la musique, j’ai rencontré le beatboxer « BMG ». C’était la première fois que je pouvais partager ma passion avec quelqu’un qui me comprenait.
Cette rencontre m’a lancé dans l’aventure des compétitions : championnats de France, battles européennes et internationales où j’ai remporté de nombreux premiers prix dont celui de champion de France et Vice-Champion du Monde.
J’ai aussi collaboré à plusieurs projets musicaux (groupe de Jazz, gospel, musique irlandaise, bretonne…), ce qui m’a permis d’élargir mon expérience scénique.

Tu es également membre de jury lors de compétitions, comment cela se passe-t-il ?
Suite au championnat du monde, j’ai fait partie du jury.
Il est nécessaire de connaître le milieu du beatbox pour pouvoir évaluer la technique, la musicalité, la présence scénique, l’originalité et la battle face à son adversaire.

Depuis combien de temps enseignes-tu le beatbox ?
Mon parcours m’a conduit au désir de transmettre ma passion et mes expériences. Depuis 3 ans, j’anime des ateliers pédagogiques en tant qu’artiste intervenant en milieu scolaire, associatif et dans les écoles de musique sur Lyon. J’ai également réalisé un livret sur l’écriture du beatbox permettant d’avoir une méthode simple d’apprentissage et d’entraînement. Des tutos sont aussi à retrouver sur mon site.

Prochainement, un stage va être proposé dans le département, la date n’est pas encore fixée mais nous vous tiendrons informés.

 

Maël GAYAUD alias ALEM
[email protected]
http://alem-ras.wix.com/beatbox
facebook : AleM ( New School )

 

Texte : Camille Badjily