Tout commence au milieu des années 60 pour Superdévoluy. Jusqu’alors rural, le massif voit se dessiner une nouvelle activité économique : celle des stations de ski.

La transformation est lancée, l’heure est à la construction avec la société des Grands Travaux de Marseille (GTM) et, chez les dévoluards, les bergers deviennent moniteurs de ski l’hiver. En vallée, le chemin d’accès des Cypières et la vieille route de Saint-Etienne en Dévoluy sont améliorés dès 1965 ; tandis qu’à 1500 m d’altitude, le terrassement de la station bat son plein. Le bâtiment du Bois d’Aurouze, surnommé le paquebot des neiges, a d’ailleurs fait beaucoup parler de lui à l’époque de sa création. Jusqu’à présent endormie, la vallée se réveille. Comparé à aujourd’hui, la route est difficile, les hébergements sont rares et seuls les passionnés font le déplacement. Avec la construction de Superdévoluy, tout a changé dans le massif. L’innovation, la nouveauté, l’activité touristique… Un basculement tant architectural qu’économique avec la démocratisation de la multipropriété et l’ouverture du ski au plus grand nombre.

Pour GTM, il fallait aller vite. Les travaux ont débuté en août 1966 pour une ouverture prévue en décembre 1966. Un défi fou relevé puisque dès l’hiver 1966-1967, les premiers touristes répondent présents et découvrent les premières pistes de Superdévoluy et ses quatre téléskis.

A l’origine, le projet de Superdévoluy était modeste. C’est grâce à Jean Grandmont, élu Maire en 1964, que la station passe à la vitesse supérieure. Epaulé de polytechniciens ainsi que de locaux, le massif emboite le pas aux premières stations du département : Montgenèvre en 1907, Céuze en 1935, Serre-Chevalier en 1941, Vars et Merlette en 1962. Quasiment coupé du monde, le Dévoluy rattrape alors son retard pour entrer dans la cour des grands.

Avec sa forme originale, son allure gigantesque et ses couloirs sans fin, semblables à des rues, le bâtiment du Bois d’Aurouze de Superdévoluy est un témoin du modernisme des années 60. L’objectif était de répondre à la demande montante du ski et de proposer des services sous un même toit. Une grande première ! En cinquante ans, beaucoup de choses ont changé. Sur les pistes comme en station, tout a évolué. Du damage à l’arrivée de la neige de culture, en passant par de nouveaux services, la vallée s’est alors ouverte sur le monde avec au cœur de ses préoccupations, l’activité touristique.

La station de La Joue du Loup verra le jour 10 ans après Superdévoluy, soit en 1976.

 

Office de Tourisme de Superdévoluy
Tel : 04 92 58 91 91
www.ledevoluy.com

 

Texte : Camille La Caria et photos : OT Dévoluy