Thomas Voillaume crée sous le pseudonyme APACH. Il est passé par plusieurs phases artistiques : illustration, graffiti, sérigraphie, photographie, sculpture, art numérique.

Depuis son plus jeune âge, Thomas est attiré par l’art. Il a fait un IUT en multimédia à Chambéry, accès Web. Pendant 2 ans, il pratique la sérigraphie en autodidacte. Puis, il reprend ses études, un master en art et technologie de l’image à Paris. Il traite l’image numérique dans les domaines de l’art, du jeu vidéo, du cinéma et des effets spéciaux. Aujourd’hui, grâce à l’association Fées d’hivers, il est en résidence artistique à Champrond jusqu’au mois de juin.

A 27 ans, cet artiste haut-alpin aime réaliser des créations variées. Pour lui, tout est source d’inspiration. Il ne se cloisonne pas à une discipline, il s’intéresse à tout mais il garde une cohésion graphique sur l’ensemble de ses projets.
Il passe du temps pour s’informer sur de nombreux sujets et souhaite tout comprendre. C’est cette soif d’apprendre qui l’inspire. « Je m’intéresse à la technologie, l’art, l’artisanat, l’architecture, l’illustration, etc. J’aime tout ce qui suit la devise « think outside the box », j’aime le détournement, le hacking, la contre culture. » Pour lui, c’est en faisant des croisements entre les domaines que l’on obtient des résultats intéressants. Apach cherche à créer des images fortes, qui parlent d’elles-mêmes et qui s’imposent. 

« J’ai beaucoup étudié et travaillé pour comprendre comment est créée une image à l’époque du numérique. Je voulais savoir comment les images auxquelles on est soumis quotidiennement, dans la publicité, à la télévision ou au cinéma sont produites. Maintenant que ces techniques n’ont plus de secret pour moi, mon ambition est de faire sortir ces images des écrans. Certaines images me fascinent, comme une dame géante dans une forêt ou un triangle qui flotte dans la brume. Plutôt que de faire un photomontage, j’essaye de faire vivre ces idées dans le monde réel. Cela me permet ainsi de rendre mon travail plus concret et de le montrer en me passant de l’intermédiaire d’un écran. » Par cette technique de travail, Thomas fait vivre des images qu’il a au préalable imaginé. Il me confie qu’ainsi, il vit de véritables aventures : « en faisant mes photos avec des lasers dans la nature, je me suis beaucoup promené au crépuscule et la nuit avec une frontale. Pour un autre projet, j’ai collé des affiches sans autorisation en vélib’ dans Paris ou encore j’ai fait une expo ready made (des objets manufacturés, qu’un artiste s’approprie et en détourne le sens) sur un terrain de graffiti que j’ai découvert à Montréal. »

Apach aime les challenges, c’est pourquoi il affectionne particulièrement sa dernière création, réalisée pour la Fête des Lumières 2015 à Lyon. L’événement a été annulé, à cause des derniers attentats de Paris, mais vous pourrez la découvrir en décembre 2016, alors patience ! Cette sculpture entièrement en bois de 4,5 mètres de haut est réalisée avec Florian Girardot. Il est possible de rentrer à l’intérieur et d’escalader dans la tête. La sculpture est vidéo-mappée et le public peut interagir avec elle. « Je n’avais jamais réalisé quelque chose d’aussi ambitieux et je n’avais encore jamais travaillé pour une structure aussi grosse que la Fête des Lumières. Le résultat est exactement comme je l’avais imaginé. C’est vraiment impressionnant de se tenir devant quelque chose que l’on a inventé et qui te surplombe de plusieurs mètres. »

« En ce moment, je me passionne par les possibilités offertes par l’impression 3D. Je viens de passer un mois dans un fablab (laboratoire de fabrication) à Paris où je me suis fabriqué ma propre imprimante avec des plans trouvés sur internet. Je me suis donc imprimé une imprimante 3D. Cet outil également convertible en découpeuse numérique va me permettre de faire des prototypes pour mes prochaines sculptures. Je souhaite concevoir des créations toujours plus compliquées. Cet outil va donc m’aider à concrétiser les prochains projets. »

www.apachcreation.com
[email protected]

 

Texte : Camille Badjily
Photos : Thomas Voillaume