Depuis longtemps j’avais envie de découvrir le Maroc. Un voyage toujours remis à plus tard et à seulement 3h d’avion, le Maroc reste un pays où le dépaysement est total.

Fin novembre, nous sommes parties à 2 pour un voyage dans les terres du Maroc. Nous avons pris un bus et avons traversé les montagnes de l’Atlas, les grandes vallées désertiques de la région de Ouarzazate et Agdz pour arriver à Zagora au milieu de ses palmeraies.

Nous avons été accueillies chaleureusement dans une famille d’origine berbère et touareg, dans la petite ville de Tamegroute située aux portes du désert, à 20km au sud de Zagora. Une belle rencontre qui nous a permis de découvrir un Maroc authentique, familial, presque intime, difficilement accessible avec des agences touristiques.

Nous avons été profondément touchées par les nombreux moments simples du quotidien : la musique au rythme des darboukas, les percussions et chants touarègues au coin du feu dans le campement familial des dunes de Tinfou, les nombreuses pauses thé partagées avec la famille, les succulents tajines et couscous cuisinés par les femmes de la maison, Aïcha et Noura, les séances de tatouages au henné, etc…


Pour les plus curieux de découvrir les traditions locales, il est même possible de faire des stages de cuisine, de poterie, de darbouka avec la famille.

De notre côté, nous avons été tentées par une excursion dans le désert organisée par la petite agence familiale Travel Tamegroute. C’est une grande opportunité pour oublier nos habitudes occidentales et laisser place à la découverte d’une autre façon de vivre, en contact direct avec la nature et l’authenticité d’une vie simple.
Nous avons loué une voiture avec notre guide pour rejoindre 1h30 plus tard le village de MHamid, terminus de la route avant le grand désert ! Le chamelier nous y attendait avec 2 beaux dromadaires pour porter la tente, l’eau, la nourriture,…. Et puis en route pour 3 jours de marche en « s’enfonçant » dans le désert. Au départ, cette expérience nous effrayait un peu à commencer par la marche de 5 à 6 heures par jour dans le désert. Au contraire, nous avons été agréablement surprises par cette expérience unique et totalement envoûtante…

Le désert : pas de bruit, pas d’odeur et pourtant tous nos sens sont en éveil avec une occasion de faire le vide dans notre tête. En passant par de petites dunes de sable et des plaines désertiques et caillouteuses… nous marchions, encore et encore, toujours tout droit, sans voir l’horizon ! Cela peut paraître inhospitalier à 1ère vue mais ce que je ressentais était une réelle sensation d’apesanteur, de légèreté, de bonheur et de paix intérieure !
Au déjeuner et au dîner, de succulents repas cuisinés par Mohammed, le chamelier, nous attendaient: tajine, couscous et thé au milieu du désert !

Les moments d’émerveillement ont été nombreux : les nuances de couleurs sur le sable et les cailloux, la contemplation du superbe ciel étoilé, si unique dans le désert. Le coucher du soleil est un spectacle incontournable. En ce moment magique, nous pouvions profiter pleinement du lieu et nous ressourcer en appréciant le silence et l’espace du désert. Nous terminons la journée par une nuit bien méritée sous la tente.

Au lever du soleil, nous prenons un petit déjeuner royal sur le sable et repartons. Dès le 2ème jour, nos pieds commençaient à brûler à cause du frottement du sable dans les chaussures. J’avais l’impression de marcher sur du feu mais malgré cela et une petite tempête de sable, j’aurais aimé
continuer. 60km plus loin, nous sommes arrivées au campement de Chegaga au milieu des grandes dunes… la mer de sable. « Waouh » le SAHARA !

Un 4X4 nous attendait le lendemain pour notre retour. Ne pouvant pas nous doucher pendant 4 jours, nous avons apprécié le rendez-vous au Hammam traditionnel de Tamegroute pour faire un gommage complet et faire « peau neuve ».
Le dépaysement total et la déconnexion ont rendu notre retour en France un peu difficile. Mais nous avons été rechargées en bonne énergie et vitamine D en attendant le prochain voyage déjà planifié dans ce désert qui nous a envouté.

Rédaction : LA