Savoir faire des Hautes-Alpes à l’honneur !

Pour la sixième année consécutive, les Hautes-Alpes participent au Salon International de l’Agriculture de Paris (du 23 février au 3 mars 2019). Une 56ème édition placée sous la thématique « des femmes, des hommes, des talents ». L’occasion pour la délégation haut-alpine de se rassembler sur un stand dédié à la valorisation de ses savoir-faire. La « plus grande ferme de France » avait accueilli plus de 670 000 visiteurs en 2018.

Innovation et créativité
Voilà probablement les adjectifs qui définissent le mieux le programme de la délégation des Hautes-Alpes au 56ème Salon International de l’Agriculture (SIA) du 23 février au 3 mars 2019 au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris. Innovation et créativité, mais aussi valorisation des savoir-faire et des talents seront au rendez-vous pour dix jours sur le stand des Hautes-Alpes (Hall 3/R181/187) pour la sixième année consécutive, au cœur de l’espace de la Région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Tandis qu’une trentaine de producteurs du département sera en quête de médailles pour le traditionnel Concours Général Agricole avec un florilège de produits représentatifs de la diversité des terroirs de montagne (apéritifs, vins, produits laitiers, miels, jus de fruits, charcuteries ou confitures), les Hautes-Alpes vont hisser fièrement leurs couleurs au-dessus de la « plus grande ferme de France ». Sous la houlette de l’Agence de Développement et de la Chambre d’Agriculture des Hautes-Alpes, une centaine de partenaires (producteurs, Maîtres Restaurateurs, Offices de Tourisme, artisans…) va de nouveau enflammer le stand avec une succession d’animations et de dégustations parfois inédites et originales afin de faire découvrir la table des haut-alpins.
Une table à l’image de la montagne, véritable paradis de la gastronomie. Une cuisine et des produits du terroir simples qui fleurent bon les cimes, la terre et les « herbes sauvages » comme le soulignait Emilie Carles dans son ouvrage « La Soupe aux Herbes Sauvages ». Un pays de gratins, de soupes et potages, de charcuteries, de beignets, de produits laitiers et de fromages, de fruits, de vins et de liqueurs et autres élixirs. Une table au relief particulier, mélange de goûts et de parfums, de la marmite à l’assiette, du producteur au consommateur.

Du nectar en bouteilles
Le rendez-vous parisien sera ouvert par les arboriculteurs du Val de Durance. Outre une soirée professionnelle organisée le 25 février par la profession, en direction notamment de sa clientèle, les arboriculteurs proposeront aussi au public du salon de participer à la fabrication de jus de pomme naturel à l’aide d’un pressoir à l’ancienne. Une dégustation d’un fruit de qualité (IGP) plébiscité par les consommateurs et par les chefs qui se plaisent aujourd’hui à le cuisiner sous toutes ses formes. Un produit ensoleillé, issu d’un verger en pleine mutation, grâce à l’engagement des arboriculteurs des Hautes-Alpes dans la démarche des vergers éco- responsables et dans le renouvellement de ces mêmes vergers. Un nectar original, la « Pomme Givrée » sera également à l’honneur dans les verres du stand de la Porte de Versailles, avec l’entreprise « Apple des Cimes » de la Roche-des-Arnauds dont l’ambition est de valoriser les produits de montagne, dans le cadre d’un modèle agricole respectueux des diversités du patrimoine agro-alimentaire.
Avec sept domaines et un vignoble d’altitude de près de 150 hectares, les vins de l’IGP « Vins des Hautes-Alpes » ne seront pas en reste pour cette ouverture en fanfare. Pour la première fois et à l’initiative de vignerons haut-alpins, une cuvée spéciale « SIA 2019 » va être mise en bouteilles avant une présentation d’une bière 100 % Hautes-Alpes par la Brasserie Artisanale de Serre-Ponçon.

La vigne se fait une beauté
Connaissez-vous la vinothérapie ? Si les cures sont connues depuis plusieurs années, les amateurs de bien-être plébiscitent de plus en plus cette tendance. Des soins et crèmes à base de marc et moût de raisin pour des massages, gommages antioxydants et enveloppements dont les vertus permettraient d’agir sur les radicaux libres responsables du vieillissement de la peau, de la perte de son éclat et des troubles de la circulation.
Prendre soin de son corps tout en nourrissant l’esprit, c’est ce que va proposer Caroline Ricard, responsable d’un Institut installé au milieu des vignes du Domaine de Tresbaudon (Tallard), avec des ateliers de découverte des bienfaits de la vinothérapie sur le stand des Hautes-Alpes. Une cure de raisin pour la peau. Une touche originale à consommer sans modération !
Et si le bien-être était aussi plus haut ? Depuis toujours, la montagne est source de bienfaits et riche de milieux naturels qui abritent un grand nombre de plantes utilisées depuis la nuit des temps par les populations locales en tisanes, vins, cataplasmes, lotions, bains ou gargarismes. Dominique Coll et Lætitia Giroux, spécialistes de plantes de montagne du Pays des Écrins arpentent quotidiennement les chemins à la belle saison. Porte de Versailles, elles vont faire découvrir les vertus et les propriétés de ces plantes et leurs usages. De plus, petits et grands pourront s’essayer à la fabrication de bateaux en jonc et en bois de mélèze des Hautes- Alpes, voire d’animaux en coquille de noix. Que du bonheur !

Fumage de truite et extraction de miel
C’est un produit de saison, qui s’invite de plus en plus sur les tables de fêtes : la truite fumée. Pour la première fois, le stand des Hautes-Alpes va se transformer en fumoir ! L’initiative revient à la ferme aquacole de Châteauroux- les-Alpes. Des truites élevées dans cette pisciculture de l’Embrunais créée il y a 27 ans, vont être fumées puis proposées à la dégustation avec le concours des Maîtres Restaurateurs. L’occasion de valoriser un produit d’exception.
Fidèles du Salon International de l’Agriculture, les apiculteurs des Hautes-Alpes vont aussi innover et faire le « buzzz ». Outre la présence de l’Api-Mobile (ruche géante et ses 50 000 abeilles), le Syndicat des Apiculteurs du Département présentera les différentes étapes du processus de fabrication du prestigieux nectar, de la ruche à l’assiette ! Le moment fort de cette animation sera l’extraction avec une centrifugeuse suivie de la mise en pots de miel d’acacia, avec des cadres spécialement réservés depuis le printemps 2018 pour le salon. Prix de l’Excellence Française 2018, Apiland Nature (Rousset) proposera de son côté, une fabrication de bougies au miel et à la cire d’abeille.
Produit emblématique des Hautes-Alpes, le miel représente aujourd’hui quelques 17 000 ruches. Elles sont réparties sur une trentaine d’exploitations apicoles professionnelles, soit près de 600 amateurs qui, du nord au sud du département, entre lacs et montagnes, produisent avec passion et ferveur des miels aux arômes et aux saveurs multiples (lavande, romarin, acacia, sapin et toutes fleurs). Une qualité gustative largement reconnue et récompensée chaque année par de nombreuses médailles au Concours Général Agricole.

Lavande, confitures, savons, genépi …
Autres animations organisées sur le stand haut-alpin du SIA 2019 :
• Démonstration de vannerie traditionnelle du Champsaur-Valgaudemar (Lucien Granoux/Gap),
• Fabrication de pompons en laine mérinos pour les enfants (Ferme Flouka/Dévoluy),
• Réalisation de confiture traditionnelle de cynorrhodon par les artisans-cueilleurs « Le Plantivore » (Queyras), de saucisses (Le Montagnard des Alpes),
• Dégustation de tourtons et ravioles (Tourtons du Champsaur),
• Distillation d’huile essentielle de lavande fine (Florian Ravel/Orpierre),
• Atelier pour les enfants de faisselles et produits laitiers (Coopérative laitière des Alpes du Sud),
• Création de savons naturels parfumés aux plantes des Baronnies Provençales (Savonniers d’Orpierre),
• Atelier autour du Genépi (Guillaumette/Saint-Jean-Saint-Nicolas),
• Découverte de terrines et pâtés (Délices des Baronnies).

Un reflet à la thématique « Des femmes, des hommes, des talents », fil conducteur d’une 56ème édition dédiée aux femmes et aux hommes qui construisent et entretiennent
ici et là, les paysages et l’éco-système, domestiquent des espèces animales, produisent des matières premières naturelles et transmettent des valeurs et des savoir- faire à l’image de celles portées par les agriculteurs et éleveurs haut-alpins.
À noter que la soirée inaugurale du stand des Hautes- Alpes se déroulera le 26 février en présence des élus du département et représentants du milieu agricole. Une soirée placée sous le signe des traditions populaires avec la participation du groupe folklorique du Champsaur « Lei Mantenaires Chansouris » dont le répertoire repose notamment sur des rigodons. Des chants et danses folkloriques traditionnelles donnés jadis lors des fêtes religieuses dans les villages mais aussi des mazurkas ou des aubades..

Le salon en quelques chiffres :
› 1000 exposants de 21 pays › 4000 animaux et 350 races › 1200 éleveurs
› 21 000 produits inscrits au Concours Général
› 670 000 visiteurs en 2018

L’Agriculture des Hautes-Alpes en quelques chiffres :
› Territoire agricole (40 % de la population est rurale) › 1 860 exploitations
› 2 315 agriculteurs
› 3 000 emplois (8 % des actifs)
› 213 000 hectares sur surfaces agricoles utiles (alpages compris) soit 39 % de la surface du département.
› Principales filières :
• arboriculture (dont IGP « Pomme des Alpes de Haute- Durance »),
• élevage et lait (dont IGP « Agneau des Alpes du Sud »),
• viticulture (7 domaines et un IGP «Vin des Hautes-Alpes ») • apiculture.

Aurélia Jean sur le stand des Hautes-Alpes :
Figure de la dernière saison de l’émission « L’Amour est dans le Pré » (M6), Aurélia Jean (Ferme de la Beaumette) s’installera sur le stand des Hautes-Alpes du 26 au 28 février pour une dégustation de terrines fabriquées dans le cadre de sa ferme pédagogique d’Aspres-sur-Buëch (avec le concours de l’Office de Tourisme des Sources du Buëch de Veynes).

Une délégation record au Concours Général Agricole :
15 médailles (5 en argent et 10 en bronze). Tel était le bilan du Concours Général Agricole 2018 pour la délégation des Hautes-Alpes. Pour cette 56ème édition, 27 producteurs haut-alpins et 75 produits seront en lice pour décrocher les prestigieuses breloques et ce dans des catégories aussi diverses que les viandes, les produits laitiers, les miels, les vins, les confitures, les jus de fruits, les apéritifs, la charcuterie et les produits aquacoles. Un record !

5 jeunes agriculteurs au concours du meilleur pointeur :
Cinq jeunes agriculteurs haut-alpins, élèves du Lycée Agricole des Emeyères (Gap) et de l’Association Départementale pour la Formation et le Perfectionnement des Agriculteurs (ADFPA) ont été sélectionnés cette année pour participer au Concours Général Agricole et concourir au titre du Trophée du Meilleur Pointeur (jugement d’animaux) en catégories ovins et bovins (Abondance, Montbéliarde et Charolaise).
Des jeunes agriculteurs qui, par leur engagement dans le métier, permettent de préserver et de valoriser le patrimoine agricole et pastoral du département. Il s’agit de Maurin Gay-Para, Noémie Guigner, Emmy Dournel, Kévin Derbez et Allan Aveline.

Hautes-Alpes Naturellement :
Cette marque territoriale, portée par la Chambre d’Agriculture des Hautes-Alpes, garantit une origine haut-alpine des produits agricoles bruts ou transformés proposés par les agriculteurs,
les entreprises agro-alimentaires et les restaurateurs du département. Son objectif est d’offrir le meilleur des Hautes- Alpes à tous les consommateurs.

Texte et photos : Pat.Domeyne/Agence de Développement Hautes-Alpes