Quatre amis alpinistes et guides de haute montagne sont partis à la conquête du Gauri Shankar, en Himalaya : Mathieu Maynadier (Briançon), Mathieu Détrie (Briançon), Pierre Labbre (Chamonix) et Jérôme Para (Chamonix).

Pour cette aventure, l’objectif des deux Briançonnais et de leurs acolytes est de gravir le Gauri Shankar. Cette large montagne culminant à 7 134 m d’altitude, est située à l’Est du pays, à une centaine de kilomètres de Katmandu, dans la vallée sauvage de la Rolwaling. Une seule ascension est connue, celle de John Roskelley et Dorje Sherpa, en 1979. Les quatre alpinistes confirmés, sont tournés vers les mêmes buts : vivre des moments forts en privilégiant à la fois la performance et le dépassement de soi. En montagne, ils apprécient l’immersion, l’engagement total et la découverte. Ils ont donc choisi de tenter de gravir la face sud de ce sommet népalais.
La face vierge de cette muraille reste ingrimpée à ce jour, c’est pourquoi, elle reste un projet de premier ordre sur un sommet de plus de 7 000 m. Malgré la grande difficulté de la face et le fait qu’elle reste ingrimpée à ce jour, leurs différentes expériences en expédition et notamment en altitude, leur ont permis d’aborder sereinement ce projet. Après une intense période de préparation, ces guides de haute montagne sont partis le 10 septembre direction l’Himalaya.
Arrivés à Katmandu, ils ont récupéré fret et permis, puis ils ont gagné la Rolwaling Valley.
Ils ont remonté tranquillement cette vallée, séjournant dans différents lodges à Simigaon, Beding et Na.
Avant de tenter l’ascension, une acclimatation à l’altitude a été nécessaire. Ils ont donc réalisé quelques courses d’acclimation, avec plus ou moins de succès, en raison d’une météo peu favorable sous l’emprise de la mousson ou gêné par des marches d’approches interminables.
Fin septembre, ils ont abordé la montée et l’installation au camp de base dans des conditions difficiles.

Après une attente patiente, à la faveur du beau temps, ils se sont engagés au début de leur 5ème semaine dans une nouvelle phase de l’expédition.
La reconnaissance du terrain a mobilisé tous leurs efforts. Ils ont acheminé une grande partie du matériel nécessaire à l’ascension en grimpant le plus haut possible, pour atteindre 5860 m.
Cette reconnaissance leur a permis de mesurer l’importance du défi de cette ascension longue, difficile et compliquée à cause des conditions météorologiques. Néanmoins, leur motivation reste intacte, un créneau de beau temps est désormais la clé de la réussite de leur expédition.

Plus d’infos: Facebook : Gaurishankar project 2013 gaurishankar-project.tumblr.com

Dans le prochain numéro de Plus2news, retrouvez la fin de cette expédition extrême et le ressenti des deux Briançonnais Mathieu Maynadier et Mathieu Détrie et des deux Chamoniards à leur retour…

Rédaction : Camille BADJILY