Rencontre avec Sébastien Louvet, président de l’association des gardiens de refuges depuis 25 ans. Il nous explique la transition énergétique dans les refuges haut-alpins et plus particulièrement au chalet-refuge de Chamoissière situé sur la commune de Villar-d’Arêne.

Le département des Hautes-Alpes est le département qui compte le plus de refuges en France. Depuis maintenant 3 ans, l’association s’est engagée dans la transition énergétique afin de moderniser les 36 refuges adhérents.

Plusieurs actions sont mises en place, telle que l’installation de chauffe-eau solaire et toilette sèche avec le soutien de l’ADDET – Agence de Tourisme des Hautes-Alpes. Facile à manipuler et à monter, une dizaine de refuges sont déjà équipées en chauffe-eau solaire.

Afin de rendre les conditions plus confortables 24h/24 dans les refuges, l’association travaille sur un moyen de produire de l’électricité avec l’installation de petites centrales hydrauliques appelées pico-centrale (moins de 20 kw). Malheureusement, les procédures administratives sont très importantes et demandent plusieurs années. Depuis 2ans, l’association des gardiens de refuges est accompagnée par la Préfecture des Hautes-Alpes et le Syme05 (Syndicat Mixte d’Energie des Hautes-Alpes) dans ces démarches afin que les procédures soient adaptées à la taille des installations à mettre en place dans les refuges pilotes.

L’association souhaite faire des refuges des lieux d’exemplarité et de sensibilisation. Pour cela, Sébastien s’est rendu à Paris à vélo pour rencontrer la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon et expliquer leur démarche et le besoin d’avoir les outils législatifs afin que les installations de pico-centrales soient incitatives pour les autres.

Il est fou de penser que ce genre d’installation qui a un impact quasi nul sur l’environnement soit aussi compliqué à mettre en place, à la différence d’un groupe électrogène qui ne demande aucune autorisation, qui coûte bien moins cher et qui est pourtant très polluant.

Refuge de Chamoissière
Il fait partie des refuges pilotes dans le domaine des énergies renouvelables. En effet, il fonctionne déjà en tri-énergies avec du photovoltaïque, du thermique solaire et de l’éolien. Il est également engagé dans le projet de picoturbine hydroélectrique sur le torrent voisin.

Facebook : Refuges des Hautes-Alpes
chaletrefugedechamoissiere.fr

Texte : Camille La Caria et photos : C.Tassan et Carlos Ayesta