Briançon est le centre à la fois historique, économique et administratif d’une région qui a subi au cours du siècle de profondes mutations. Ses fonctions traditionnelles agricoles, militaires et industrielles vont progressivement décliner au profit de deux nouvelles activités : le climatisme et le tourisme.

Sainte Catherine, Rue Centrale (photo 1):
Avec l’implantation de la Gare, de l’usine de la Schappe et de l’Armée,
la rue Centrale offre dès 1900, une suite ininterrompue de maisons et de commerces.

Caserne Berwick revue dans la cour (photo 2):
L’armée se tourne vers Sainte-Catherine pour répondre à l’accroissement des effectifs et construit des vastes casernes occupées dès 1890. Elles sont agrandies en 1913.

Le pont Baldy sur la serviette (photo 3):
En 1892, le chef du génie de Briançons, le commandant Baldy fait construire un pont pour réunir les deux rives de la Serverette. Lors de leur retraite en 1944, les allemands le font sauter.

Photos fournies par l’Office du tourisme de Briançon.

GAP AUTREFOIS

La ville est devenue un important centre d’échange et de passage au cours des siècles. La création des routes royales a confirmé le rôle de carrefour de Gap qui devient le chef-lieu du département en 1790. La ville de Gap est marquée par la venue de Napoléon Bonaparte en mars 1815. L’arrivée du chemin de fer marquera l’entrée de la ville dans l’ère moderne. Elle deviendra au XXème siècle la principale agglomération des Alpes du Sud.

Vue générale, Massif de Charance (photo 4):
Présence de vignes au pied nord de Charance. Abandon des vignobles en 1905 à cause de la maladie de la vigne.

Place du Lion (photo 5) :
La Place du Lion, au carrefour de la rue Carnot et la rue de France, porte ce nom jusqu’en 1933. Elle devient par la suite la Place Alsace Lorraine.

Place du Lycée revue Militaire (photo 6):
Lycée de garçons construit en 1891 sur d’anciens champs de grains. La cours a servi aux Revues et aux Défilés Militaires.

Rue Carnot, Chambre de Commerce (photo 7) :
Le bâtiment de la Chambre de Commerce, édifié sur l’emplacement de l’ancien rempart, a été inauguré en 1936 par Albert Lebrun, président de la République.

La Cathédrale (photo 8):
Dernière cathédrale de style roman gothique construite en France, entre 1867 et 1904. Consacrée en 1895, elle est classée monument historique depuis 1906.

Photos: Collection de Jean-Pierre Reybaud.

EMBRUN AUTREFOIS

Surplombant la Durance et accrochée sur son Roc qui de tout temps a protégé les Embrunais, l’ancienne cité archiépiscopale d’Embrun est une capitale historique des Alpes. Cette petite ville renferme de nombreuses traces du passé.

L’Hôtel de ville, Place Saint-Pierre (photo 9):
La place de la mairie porte le nom d’Eugène Barthelon, embrunais qui fit fortune et légua une partie de ses biens à sa ville natale. Le bâtiment de la mairie, construit au XVIIème siècle a servi de maison d’arrêt de 1783 à 1926.

Place de la Mazelière et Rue de la Liberté (photo 10):
Au Moyen-Age, la place de la Mazelière, alors place des Comestibles, était au centre de la cité. S’y trouve une fontaine, une maison et sa tourelle d’escaliers du XVIème siècle.

Le Cinéma (photo 11):
Le bâtiment du cinéma d’Embrun est resté au même endroit. Agrandi plus tard il devient le cinéma Le Roc.

Photos: Monsieur Pallon.