A 41 ans, Davy Michelon est un cycliste mangeur de kilomètres mais pas que… Rencontre avec un passionné de VTT.

Depuis qu’il est gosse, Davy Michelon a toujours été sur un vélo, passant des heures à jouer sur les bosses avec son BMX. Le déclic du VTT a lieu à 14 ans lorsqu’il découvre les images dans les magazines. Le plaisir du pilotage, il connait déjà. Vient alors le goût de l’effort et du beau matériel. Depuis, il n’a jamais cessé de rouler. 

Pour l’amour de la nature… et du cambouis

Ce qu’il aime dans le VTT, avant tout, c’est le pilotage et les sensations qu’il procure. Exercer un effort dans la nature est également devenu un besoin « pour déconnecter » comme il dit. La mécanique fait aussi partie du sport et il s’occupe lui-même de l’entretien courant comme des opérations les plus complexes. Loin d’être une corvée, c’est pour lui un plaisir que de prendre soin de sa monture.
Si la compétition n’a jamais été sa priorité, Davy s’aligne régulièrement sur de belles épreuves.
« Le Roc d’Azur, c’est vraiment l’immanquable de la saison pour moi. Le parcours est magnifique et n’est ouvert que pour la course. Et il y a aussi toutes les nouveautés en matériel ! »

Du VTT toute l’année

Il fait un peu de course à pied, de ski de fond et de ski de randonnée l’hiver, mais le VTT reste son sport principal toute l’année à raison de 2 à 3 sorties par semaine. Il sort aussi le vélo de route de temps en temps mais « c’est surtout pour la récupération »…
Vous avez peut-être une attirance pour les épreuves multi-sports? « J’aimerais bien évoluer vers le triathlon ou le X-Terra (ndlr: natation – VTT – Trail) mais je manque de temps pour m’entraîner réellement. »

De beaux circuits sur le pas de la porte

Lorsqu’on lui demande quels sont ses terrains de jeux favoris, il peine à choisir. Il connaît parfaitement tous les chemins autour de chez lui et de son lieu de travail à Gap.
« On a tellement de beaux endroits dans notre département ! Dans le gapençais, en partant de la maison, il y a des chemins partout. J’aime aussi Château-Arnoux. Les circuits VTT y sont vraiment bien conçus. »

Enfin, il ne sort jamais sans sa tenue du club local qu’il a fondé avec ses amis il y a 10 ans. Pour la petite histoire, le grimpeur du groupe avait toujours son T-shirt « Pas d’bras, pas d’chocolat! ». Pour le nom du club, c’était tout trouvé: PJPC (Pas d’Jambes, Pas d’Chocolat !). Aujourd’hui c’est le principal club de VTT à Gap mais il revendique surtout son coté convivial et familial.

Pour la diététique, et comme il a les jambes, Davy ne termine jamais un repas sans un carré de chocolat…

Texte et photos : EkklA