Les sites naturels réputés de notre département

Qui n’a jamais entendu parler de Céüse ou de Ailefroide ? Ces spots d’escalade sont connus bien au-delà de nos frontières ! Des grimpeurs du monde entier n’hésitent pas à faire le déplacement jusque dans nos montagnes pour se mesurer à leurs parois.

Ailefroide
Le paradis des grimpeurs

Situé dans la vallée de la Vallouise, Ailefroide est réputé pour être un véritable terrain de jeu pour les grimpeurs. Ce hameau est également connu pour être le deuxième site d’alpinisme en France, après Chamonix Mont-Blanc. En partie dans le Parc National des Ecrins, Ailefroide est entouré de montagnes emblématiques comme Le Pelvoux et la Barre des Ecrins. C’est un site incontournable, avec plus de 800 longueurs d’escalade allant du 3A au 8A, des grandes voies et des blocs de granit. Ce lieu est idéal pour grimper en famille et faire découvrir l’activité aux enfants, pour lesquels des circuits ont été spécialement créés. Avec cette grande diversité de rochers, vous aurez de quoi vous amuser !

Céüse
Une falaise mondialement connue

Chaque année, des grimpeurs de toutes nationalités se retrouvent au pied de la falaise de Céüse pour se frotter aux voies de cette montagne de calcaire. Si cette falaise a acquis une telle réputation mondiale, c’est notamment pour la qualité de ses nombreuses voies qui s’adressent à tous les niveaux (du 4 au 9C), mais également pour la difficulté extrême du secteur nommé « Biographie ». Cette voie cotée 9A+, bien connue des grimpeurs, a été équipée en 1989 par Jean-Christophe Lafaille, figure gapençaise mythique de l’alpinisme et de l’escalade. Mais l’été dernier elle a été détrônée par « Bibliographie », une voie cotée 9C réalisée par l’allemand Alex Mégos, ce qui en fait la voie la plus dure du monde. Equipée d’environ 400 voies, il y a de la place pour tout le monde sur la falaise de Céüse, et elle n’est pas réservée uniquement aux champions d’escalade, les débutants aussi peuvent s’y mesurer.

Orpierre
Le village qui grimpe

Au fil des ans, Orpierre est devenu un des très hauts lieux d’escalade de France et d’Europe, du fait de la qualité de son rocher, mais également pour son climat « provençal », idéal pour l’escalade. Situé au sud de la vallée du Buëch, l’ambiance escalade y est omniprésente. Le village est entièrement entouré de falaises, qui font la joie des grimpeurs. Avec plus de 600 longueurs équipées, réparties sur 10 falaises distinctes, et des voies cotées du 3 au 8C, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux. Vous pourrez donc grimper au milieu du thym et de la lavande, sous un grand ciel bleu, en famille ou en groupe. Et, pas de panique, si vous avez peur de souffrir de la chaleur en été, grâce aux différentes orientations des falaises d’Orpierre, de nombreux secteurs sont à l’ombre.

Les types d’escalade :
> L’escalade de difficulté consiste à grimper le plus haut possible jusqu’à atteindre le haut de la voie. La cotation pour les niveaux de difficulté est représentée par un chiffre allant de 3 à 9 et une lettre de A à C+. Une voie cotée 3A est la plus facile, tandis qu’une voie cotée 9C est la plus difficile.
> Le bloc est une discipline où il faut grimper sans corde sur des reliefs de faible hauteur.
> L’escalade de vitesse est une épreuve qui se déroule en intérieur et en duel. Le but est d’arriver le plus vite possible au sommet du mur.

Texte : Manon Verriez et photos : Thibaut Blais / Laurent Girousse / Into the Cliff