Quelques variétés protégées

Notre département regorge de plantes bien différentes les unes des autres. Mais saviez-vous que certaines d’entre elles sont protégées et interdites à la cueillette ? Des réglementations ont été mises en place afin de les préserver. Nous vous présentons ici quelques-unes de ces fleurs rares, afin de connaître leur niveau de protection.

La fritillaire du Dauphiné
La fritillaire du Dauphiné est une espèce assez rare en France, mais abondante dans les Hautes-Alpes. Cette fleur est comme une tulipe noire mais elle est courbée vers la terre. Elle pousse jusqu’à 2000m d’altitude et fleurit généralement de mai à juin. On la trouve par exemple au col de Gleize ou vers Charance. Cette espèce est règlementée en cueillette.

Le chardon bleu
Le chardon bleu, également appelé « Reine des Alpes », est une espèce protégée au niveau national et européen. Vous pouvez admirer cette fleur exceptionnelle dans la Réserve Biologique des chardons bleus, site classé Natura 2000, dans le Vallon du Fournel, sur la commune de l’Argentière-La Bessée. Un sentier permet de vous promener au milieu de ces champs de fleurs bleues qui fleurissent aux alentours de mi-juillet.

Le lys martagon
Le lys martagon est une fleur emblématique des Alpes. Cette plante pousse en « grappe »  et a tendance à être penchée à cause du poids de ses fleurs. Celles-ci sont tournées vers le sol, et leurs six tépales de couleur rose sont recourbés vers le haut pour laisser apparaître leurs étamines oranges. Cette magnifique plante pousse en été dans les prairies ou les bois. Vous pouvez l’admirer un peu partout dans le département.

Le Sabot de Vénus
Le Sabot de Vénus est une fleur qui fait partie de la famille des orchidées. C’est une espèce que l’on peut trouver dans le massif Boscodon-Morgon, haut-lieu de floraison de cette belle plante. Il est totalement interdit de la cueillir car elle est protégée au niveau national. Son nom lui a été donné par rapport à son gros labelle jaune qui a la forme d’une chaussure et ses pétales sont d’un joli rouge brun. Le Sabot de Vénus pousse en lisière de forêt, entre ombre et soleil.

Le lys orangé
Le lys orangé se reconnaît facilement avec ses pétales d’un orange flamboyant. Elles sont ouvertes en coupe en regardant vers le haut. Cette fleur est interdite à la cueillette dans les Hautes-Alpes. Le lys orangé fleurit entre juin et juillet. On le trouve par exemple dans le Valgaudemar.

L’Astragale queue-de-renard
Un astragale queue-de-renard est composé d’énormes grappes de fleurs jaunes en forme de « queue de renard », d’où son nom. Il prend une teinte roussâtre lorsqu’il fane. Cette fleur est emblématique du Queyras, où elle est très présente. Cependant sa forte présence locale n’enlève rien au fait que l’astragale soit protégé au niveau national.

Texte : Manon Verriez et photos : Parc national des Ecrins et Catherine Verriez