Les Hautes-Alpes, territoire de montagne, sont particulièrement exposées face au réchauffement climatique. Mais, le département compte également parmi les plus réactifs. 
Agriculture bio, énergies renouvelables, gestion de l’eau, réduction des dépenses énergétiques : les acteurs haut-alpins se mobilisent sur tous les fronts de la transition écologique.

SERRE-CHEVALIER
Première station de ski à produire sa propre électricité
Serre-Chevalier est la première station de ski à produire sa propre électricité en combinant trois types d’énergies renouvelables : hydroélectricité, photovoltaïque et micro-éolienne. L’objectif au lancement de ce projet : produire 30% de la consommation électrique totale du domaine skiable d’ici 2021. Pour atteindre cette ambition, le domaine skiable de Serre Chevalier Vallée met en service cette année de nouveaux sites de production d’énergies renouvelables : une nouvelle éolienne au Col du Prorel et quatre sites de production photovoltaïques significatifs sur la télécabine du Prorel à Briançon, le télésiège de l’Eychauda à Monêtier-les-Bains et le télésiège des Combes à Chantemerle.
Photos : © Alternative Media

ORCIERES
Une neige de culture par gravité

Le réseau de neige de culture permettant de couvrir 60 % du domaine consomme peu d’énergie, grâce à un circuit par gravité qui permet de réduire la production d’énergie, la principale réserve d’eau naturelle provenant du lac des Estaris à 2600 m d’altitude. Le tout mis en œuvre dans le respect des recommandations du Parc National des Écrins. Cette neige de culture garantit une exploitation minimale du domaine skiable en cas d’enneigement naturel déficitaire et elle sécurise 120 000 emplois toutes activités confondues. Ici, la neige de culture, ce n’est que de l’eau transformée en cristaux de neige sous l’effet des basses températures. La ressource d’eau prélevée est ensuite restituée en fin de saison avec la fonte des neiges.
Photo : © G. Baron

LES ORRES 
Chef de file du programme Smart Altitude 

Les Orres sont pionnières dans la transition énergétique des stations de montagne avec le déploiement, depuis 2012, d’un système de management de l’énergie dans le cadre du programme européen ALPSTAR. Cet outil opérationnel de maîtrise énergétique du domaine skiable (bâtiments, remontées mécaniques, production de neige de culture, damage) a permis une réduction des consommations de 20%, soit 100 tonnes d’équivalent en CO2. La démarche se poursuit par l’implication active des Orres dans les programmes nationaux FLEXGRID et Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte. La station est également en voie de certification ISO 50001 (Énergie).
Photo : © Studio-Berthier

DÉVOLUY 
Tapis équipés de panneaux photovoltaïques, une première en France 

Depuis décembre 2019, les espaces débutants de Superdévoluy et de La Joue du Loup se sont dotés de tapis couverts, aux technologies des plus modernes. Pour l’hiver 2020-2021, les tapis seront équipés de panneaux photovoltaïques, leur permettant de produire autant, voire plus que ce qu’ils consomment. Il s’agit d’une première en France. Le système est convaincant également en termes d’économies d’énergie et de respect de l’environnement. Avec la fonction Stop and Go, le système détecte automatiquement l’absence durable de clients et s’arrête. Le tapis redémarre automatiquement lorsqu’un visiteur s’approche à nouveau.


Propos recueillis par Camille La Caria