Noël revêt des formes différentes selon le pays du monde dans lequel on se trouve. Les coutumes sont nombreuses, parfois surprenantes et la plupart du temps liées à la présence du christianisme dans le monde. Alors faisons un petit tour du globe pour découvrir les festivités organisées pour Noël.

En Finlande : Noël au pays du Père Noël !
Au grand dam du Canada et du Danemark qui revendiquent être le pays natal du Père Noël, la Finlande, et plus précisément la région de Rovaniemi en Laponie en possède toutefois le titre. Le village reconstitué du Père Noël, réputé dans le monde entier, est une véritable féérie pour les enfants (mais pas seulement !). Outre les merveilleux petits pavillons illuminés, les nombreuses attractions et ateliers, les petites boutiques spécialisées, la poste du village vaut pour sa part son pesant d’or. Le Père Noël y reçoit 500 000 lettres par an. Depuis cette poste unique au monde, vous pouvez envoyer une lettre cachetée du “village du Père-Noël” à vos amis. En Finlande, entre autres traditions culinaires, connaissez-vous le fameux “cornichon finlandais” ? Il s’agit d’une amande que l’on cache dans du riz au lait, et qui porte chance à celui ou celle qui la trouve.

En Colombie : le jour des petites bougies
La Colombie est un pays profondément croyant où 95% des habitants sont chrétiens. El Dia de las Velitas (Jour des Bougies) se célèbre le 7 décembre, pour mettre à l’honneur la Vierge Marie. Ce jour des petites bougies est un évènement populaire très important dans le pays qui marque le début des fêtes liées à la célébration de Noël. Les fenêtres des habitations, parcs et squares, porches et trottoirs se parent de bougies et lanternes en tous genres et de guirlandes lumineuses multicolores. Il est possible de faire une prière ou un vœu à travers chaque bougie allumée.Des milliers de lumières, accompagnées de musiques traditionnelles et des enfants qui courent partout sont l’occasion d’une grande joie dans les familles et entre voisins. Le Pape Pie IX, qui en 1854 voulut marquer le souvenir d’un pèlerinage de l’an 431 honorant la Vierge Marie, serait à l’origine de cette tradition.

En Italie : la sorcière Befana sur son balai volant
La grande star de Noël apparaît après le 25 décembre. Il s’agit de la sorcière Befana, une vieille femme gentille qui survole les maisons un balai à la main. Elle erre dans les campagnes jusqu’au jour des Rois et distribue des cadeaux aux enfants sages. Pour les autres, ils ne reçoivent que du charbon. Ils n’ont qu’à bien se tenir ! Une autre coutume très ancienne, la Nevena invite les petits italiens à se déguiser en bergers pendant les neuf jours qui précèdent Noël, puis d’aller de maison en maison pour chanter leurs louanges et réclamer des bonbons. 

En Angleterre : Secret Santa
La tradition des échanges de cartes de Noël viendrait de Grande-Bretagne. Plus qu’un simple échange de cartes de voeux, la tradition du « Secret Santa » se pratique dans tous les milieux, qu’il soit familial, de travail ou de toute autre communauté. Chaque membre du groupe participe à un tirage au sort pour devenir le “Père Noël” secret d’un autre membre. Chaque Père Noël a alors pour mission d’offrir des petits présents à son filleul secret.

En Islande : les treize trolls de Noël
En Islande, on retrouve les traditionnelles décorations de Noël mais, ce qui change de chez nous, c’est que sur l’île, on commence à fêter Noël 13 jours avant le 24 décembre. Les enfants n’attendent pas 1 mais 13 Pères Noël nommés Yule Lade. Ces treize joyeux trolls s’intègrent parfaitement dans la culture islandaise et ses mythes légendaires.Les treize trolls malicieux et déjantés déambulent dans les rues pour rendre visite aux enfants, chacun à leur tour. Si le petit a été sage durant l’année, le yule déposera dans une chaussette accrochée à sa fenêtre un cadeau, ou une pomme de terre pourrie. Mais attention, ces 13 joyeux lurons sont les fils de la méchante ogresse Gryla et ils aiment bien jouer de vilains tours aux enfants et les effrayer. Chacun porte un prénom caractéristique, il y a le lécheur de casserole, le voleur de lait, le claqueur de porte, le trapu, le dadais des ravines, le crochet à viande, le Gobeur de skyr, le voyeur derrière les fenêtres, le voleur de bougie…. 
Au fil du temps, ces 13 trolls sont devenus 13 gentils Pères Noël mais auparavant ils traumatisaient beaucoup d’enfants, si bien qu’en 1746, une loi a été votée afin d’interdire aux parents d’en parler à leurs enfants.

En Russie : le Père Gel et Babouchka
En Russie, Noël est fêté la nuit du 6 au 7 janvier, l’Église orthodoxe russe ayant conservé le calendrier julien qui a 13 jours d’écart par rapport au nôtre. La veille, la tradition veut qu’on laisse du pain sur la table pendant la nuit pour honorer la mémoire des défunts.C’est le 31 décembre que le Père Gel (un genre de cousin du Père Noël) et la grand-mère Babouchka, se chargent de la distribution des cadeaux aux enfants. Le nouvel an russe se célèbre traditionnellement en famille et non pas entre amis comme c’est le cas en Europe. Il occasionne de nombreuses heures de cuisine en famille pour la préparation des plats traditionnels qui se dégustent aussitôt la première étoile perceptible dans le ciel.

Au Venezuela : tous à l’église en roller
A Caracas, la tradition de Noël est assez originale et inhabituelle, car chaque matin du 16 au 24 décembre, les habitants de la ville se rendent à la messe tôt le matin en rollers ou patins à roulettes. Cette tradition est si populaire que les routes à travers la ville sont fermées aux voitures afin que les gens puissent patiner jusqu’à l’église en toute sécurité ! Les pétards explosent et les cloches sonnent pour appeler les fidèles.

En Norvège : cache cache balais
Les Norvégiens ont l’une des traditions les plus inhabituelles le soir de Noël, qui consiste à cacher ses balais ! Cette tradition existe depuis des siècles, elle remonte aux temps où les gens croyaient que les sorcières et les mauvais esprits sortaient le soir de Noël à la recherche de balais pour s’envoler. Aujourd’hui encore, de nombreuses personnes cachent leurs balais dans l’endroit le plus sûr de leur maison pour éviter qu’on ne les vole et ainsi se protéger des mauvais esprits.

Aux Philippines : la lumière est partout
De religion chrétienne à 90%, l’archipel des Philippines est un modèle religieux tout à fait unique en Asie. Les Philippines placent la période de Noël au coeur de leurs préoccupations et s’y préparent dès le mois de septembre. Les célébrations sont un mélange de traditions qui datent de l’époque de l’occupation espagnole ou de la tutelle américaine et qui ont été « philippinisées » par toutes les coutumes locales.
Une particularité dans l’archipel : la messe du coq qui est célébrée chaque matin à l’aube (4-5h) durant les neuf jours qui précèdent Noël pour honorer la Vierge Marie. Ceux qui assistent aux 9 messes peuvent espérer que leurs vœux soient réalisés.Aux Philippines, on ne prend pas la décoration de Noël à la légère. A la tombée de la nuit est allumée devant chaque maison une lanterne géante en forme d’étoile (jusqu’à 6 mètres), pour symboliser l’étoile de Bethléem, représentation de David qui guida les Rois Mages. A San Fernando, le festival des lanternes géantes illumine les rues par des défilés, chaque samedi de décembre avant le réveillon. 

Au Canada : cavalcade de lumières
Au Canada, la cavalcade de lumières de Toronto est une magnifique tradition qui perdure. Les festivités débutent dès l’arrivée des vacances de Noël. Tout se passe autour du square Nathan Philips qui, pour l’occasion, se pare de millions d’illuminations. Surplombant la patinoire, le traditionnel sapin de Noël de 18 mètres de haut recouvert d’une guirlande lumineuse de plus de 3800 m de long et de plus de 700 décorations, est des plus féérique. Même les façades des bâtiments avoisinants sont parées pour l’occasion de jeux de lumières. On en prend plein les yeux ! Une vraie féérie qui se termine en musique avec un des plus beaux spectacles de feux d’artifice au monde.

Au Mexique : les posadas et piñatas
Au Mexique, Noël se fête dès le 16 décembre et s’étale sur 9 jours symbolisant les neuf mois de grossesse de la Vierge Marie et du voyage de Joseph et Marie. Chaque soir durant cette période, les Mexicains se retrouvent pour les « Posadas » (auberge en espagnol). Cette fête repose sur l’importance du don et de l’entraide. L’idée est de se rassembler en famille, mais aussi entre amis, et de partager des chants religieux de Noël avant de faire la fête.Les piñatas sont détruites le dernier jour des posadas au réveillon de Noël par les enfants. Plus qu’un simple jeu, casser la piñata est un rite de purification. Traditionnellement, la piñata est composée d’un rond central qui représente la Terre et ses richesses. Les 7 picots colorés autour représentent les 7 péchés capitaux, ils sont censés séduire pour convaincre l’homme de pécher. En frappant la piñata, on combat le péché et on chasse la tentation. Le bâton représente la force spirituelle contre le mal. La personne aux yeux bandés représente la foi qui peut vaincre le diable. Les bonbons et autres sucreries représentent l’espoir et l’amour de Dieu.

En Australie : Noël en été
Un chocolat chaud auprès d’un bon feu de cheminée ? Certainement pas ! 
A cette époque, il fait 30°C en moyenne dans ce pays donc, c’est plutôt sur la plage et en maillot de bain que Noël se célèbre. Au pays des kangourous, on a troqué la dinde contre un bon barbecue géant.

Texte : Camille La Caria