Elles parcourent le monde, au gré des entraînements et des compétitions, cumulent les médailles et se retrouvent régulièrement à Embrun, dans leur cocon familial tissé de liens indéfectibles.

Leur père est moniteur, de ski l’hiver, de voile l’été. Leur mère est tout aussi sportive, passionnée de tennis. Alors, les trois enfants de la lignée évoluent depuis leur naissance dans un environnement qui les encourage à la pratique sportive. Anthonin, Lucile et Juliette ont peu d’écart d’âge et développent très tôt une complicité et un esprit de compétition « à qui sera le plus rapide, à qui arrivera le premier ! »

L’aîné, c’est Anthonin, 21 ans, plus attiré par l’eau que par la neige, il brille dans sa discipline, la voile. 

Lucile, la cadette a 20 ans. « Mon père m’a mise sur des skis, j’avais tout juste 3 ans… j’ai détesté ! » se souvient-elle. « A six ans, j’ai tenté le snowboard et ça a été le coup de cœur immédiat. C’est Stéphane Azzola, l’entraîneur du Club de Risoul qui m’a initiée et qui m’entraîne encore aujourd’hui. » Elle débute la compétition très jeune et montre de véritables qualités physiques, techniques et mentales pour la discipline. Elle se spécialise alors en Slope style et Half-pipe, intègre le Club Elite Hautes-Alpes et part à 16 ans en sport-étude à Albertville. Vainqueur de la Coupe du Monde Junior en 2012, elle garde la pole position en Coupe d’Europe Slope style et Coupe de France Half-pipe l’année suivante et termine sa saison avec une médaille de bronze aux Championnats du Monde Junior… Un parcours sans faute jusqu’en 2014. Une année qui débute avec la Coupe du Monde en Finlande, où elle se blesse au genou, alors qu’elle détient la 6ème position. La blessure est grave. Elle est opérée dans la foulée, passe son bac avec succès et intègre la fac de biologie à Grenoble. La rééducation est longue mais sa détermination et son mental d’acier la remettent sur les rails de la compétition dès 2015. Elle se qualifie pour les championnats du monde senior en Autriche et se blesse à nouveau au même genou, « pas de chance, mais la blessure s’est avérée beaucoup moins grave que la première » précise Lucile. Elle se renforce, s’entraîne, passe l’été dans une station australienne, se spécialise dans une discipline entrée il y a deux mois aux JO, le Big Air, dont elle remporte une épreuve de Coupe d’Europe sur un glacier Suisse il y a quelques semaines. Son objectif cette saison : 4 Coupes du Monde, 2 en Big Air, et 2 en Slope style.

La benjamine, c’est Juliette, 18 ans. Son parcours est similaire à celui de sa sœur, avec un décalage de deux ans sur toutes les étapes. Du ski au snowboard, de la compétition en poussine au Club Elite Hautes-Alpes… elle intègre elle aussi le sport étude d’Albertville, mais se démarque de Lucile en choisissant le Boardercross. Elle monte sur le podium à quasiment toutes les courses : de 2007 à 2012, elle remporte chaque année un Championnat de France en variant les disciplines, Géant parallèle, Half-pipe, Slope style et Combiné ! En 2013, elle termine 1ère de la Coupe d’Europe et de la Coupe de France de Boardercross. Elle est championne de France cadette, 3ème aux Championnats de France junior (surclassée) et médaillée d’or au Festival Olympique de la Jeunesse. En 2014, elle est vice-championne du monde junior par équipe et 1ère en coupe d’Europe cadette. En 2015, elle monte d’une marche avec l’équipe junior, sacrée Championne du Monde. En individuel, elle se contente de la 2ème place. Elle participe enfin à sa 1ère Coupe du Monde, elle est la plus jeune et termine 20ème. « Aujourd’hui, mes objectifs sont les Championnats du Monde Senior en Espagne en 2017 et les JO de 2018 en Corée ».

L’ascension des sœurs Lefèvre ne fait que commencer… A suivre !

 

Décryptage :
Slope Style : enchaînement de sauts et de figures de style sur différents modules de neige ou de rails (barres de fer).
Half-pipe : se déroule au cœur d’un demi-cylindre creusé à flanc de montagne. On y exécute des figures acrobatiques en hauteur.
Big Air : discipline spectacle par excellence. L’objectif est de réaliser sur une grosse bosse des figures libres en rotation.
Boardercross : parcours d’obstacles chronométré sur piste comportant des virages relevés, des portes et des bosses.
Slalom Géant Parallèle : les snowboarders s’affrontent en duel en réalisant des courbes coupées quasi parfaites sur deux parcours de géant identiques tracés en parallèle.

 

Texte : Marianne Alphand