Plaisir de la glisse en toute sécurité

Rencontre avec François MOCHI, pisteur-secouriste aux Orres et Astride BOREL, pisteur-secouriste à Orcières-Merlette.

Pour François Mochi aux Orres et Astride Borel à Orcières, ainsi que pour tous leurs collègues pisteurs-secouristes, la saison débute dès la fin de l’été : de nouveaux équipements et des aménagements viennent améliorer les pistes. Bien avant les premiers flocons, vient ensuite le temps de l’installation du matériel de sécurité amovible : jalons, balisage, filets et matelas de protection,… avant le passage de la commission de sécurité délivrant le précieux sésame autorisant l’ouverture de la station !

Puis, la neige arrive avec son flot de skieurs avides de descentes. Un autre rythme de travail débute : dès 8h30 les équipes se réunissent, s’équipent et chacun part sur son secteur pour vérifier l’état de l’ensemble des pistes avant d’ouvrir le domaine. Toute la journée, François et Astride patrouillent : ils sensibilisent les skieurs à la sécurité et à leur comportement, surveillent l’état des pistes et du manteau neigeux… et portent bien sûr secours aux personnes en difficulté. « Les secours ne représentent que 10% de notre métier » précise Astride. La loi Montagne, autorise les stations à facturer les secours sur les pistes. « Il vaut mieux être bien assuré car une intervention peut osciller entre 300 € et 2500 €, selon les modes d’évacuation ! » ajoute François. Chaque soir, le ballet des pisteurs reprend pour fermer chaque piste et transmettre aux dameurs les travaux à effectuer pour le lendemain. « Nous travaillons en étroite relation avec nos collègues nivoculteurs et dameurs qui font tous partie intégrante du même service : le service des pistes, mais aussi avec les médecins de montagne, le SMUR et les secours en montagne. » explique Astride.

François est arrivé à ce métier un peu par hasard. Originaire de Nice, il a commencé en 2008 à travailler l’été sur le bikepark des Orres. C’est pour lui un privilège de travailler dans un environnement de montagne aussi grandiose. Parcourir le domaine très tôt le matin pour les déclenchements d’avalanche et s’émerveiller des lumières du lever du jour ou apercevoir les traces de loup à la tombée de la nuit sont autant de moments magiques qui renforcent sa passion pour ce métier. 
« Aux Orres, nous formons une petite équipe d’une vingtaine de pisteurs, nous sommes très proches. Cela permet d’oublier que c’est un métier très physique et contraignant entre le froid, l’altitude, les charges lourdes et parfois des moments difficiles lors de gros secours. »

Astride a suivi des études de gestion des entreprises. Sportive, elle est également éducatrice sportive. Originaire d’Orcières-Merlette 1850, passionnée de ski et de montagne, elle a rejoint l’équipe de pisteurs-secouristes d’Orcières en 2004. En plus des qualifications Artificier, Observateur nivo-météo et Monitrice de secourisme, elle est Maitre pisteur, comme seulement 15 autres pisteurs-secouristes en France.
« Notre bureau est magnifique et notre métier est magique ! Chaque jour est différent ! »

Texte : Aline Guillet et photos : 1 et 2 © Les Orres – Mochi François, 3 © Orcières – G. Baron, 4 © Orcières – M. Diaz et 5 © Les Orres – Tintin Photos