À Montgenèvre, le sixième opus du Festival Jazz aux frontières s’est refermé sous le signe d’un nouveau voyage autour du monde.

Deux magnifiques artistes se sont produits sur la scène de Montgenèvre pour le lancement de Jazz aux Frontières. Deux univers très différents mais qui ont enthousiasmé le public présent.

Awa Ly, tout d’abord avec sa voix douce et suave, nous a emmené sur les chemins de l’amour et du partage, entraînant le public avec elle ! Puis, venus de New York, de Berlin, de Suède et d’Azerbaïdjan, Dhafer Youssef et ses musiciens se sont retrouvés sur la scène de Montgenèvre. Dhafer joue de sa voix et avec sa voix comme on joue d’un instrument, des graves aux aigus, il fait vibrer ses cordes vocales aussi bien que celles de son oued. Un spectacle remarquable pour ce premier soir de concert!

Eric Truffaz a également enchanté le public ! Avec son quartet, il sublime le jazz, toujours à la frontière ténue de la Pop instrumentale, entre originalité et accessibilité…
Les festivaliers découvrent alors la charmante américaine Robyn Benett, toute droit sortie des années 50 ! Le swing est là avec des mélodies qui restent dans la tête, des cuivres groovy qui vous transportent à la Nouvelle Orléans un jour de Mardi Gras, une atmosphère «rétro-chic» revisitée, des musiques contagieuses qui vous donnent envie de danser, des ballades nostalgiques évoquant la vie et l’amour… 

Les concerts hors les murs ont eux aussi marqué le festival ! Les Happy Jazzy Hours ont accueilli la sublime Emilie de Sparkling Diamonds dont la voix a marqué tous les esprits.
Vendredi, le sommet des Gondrans a été le théâtre d’un concert exceptionnel où la trompette d’Erik Truffaz a répondu au Stik Chapman de Jacky Mouvillat : une musique enchanteresse dans un décor majestueux, sous un soleil radieux.
Les enfants des Masters Classes se sont produits sur scène sous la direction du groupe Passport Quartet et de Pétra Duez du Conservatoire de Briançon. Après un concert d’une heure, les enfants ont été très applaudis et conserveront de beaux souvenirs. Puis, c’est le groupe Ourim Toumim, tout juste sorti des studios d’enregistrement, qui a rejoint la scène. Ils ont enflammé le public qui n’a pas hésité à se lever pour danser sur leurs rythmes déchainés !

Samedi, la pluie n’a pas réussi à arrêter le spectacle ! Le musicien, Olivier Gotti et le duo italien Ilaria Graziano et Francesco Forni, se sont produits sur scène dans l’espace partenaire, un tout nouvel endroit qui a séduit les festivaliers.
A l’espace Culturel Jean Gabin, le pianiste Jacky Terrasson a clôturé le festival. Il était accompagné du percussionniste Argentin Minimo Garay avec la participation exceptionnelle de Stéphane Belmondo (grand trompettiste, véritable prodige qui a décroché son premier prix de trompette à 19 ans). Cette formation insolite piano-percussion entre rythmes et mélodie accompagnée de la trompette a surpris et réjoui les festivaliers qui, même après un long rappel, ont eu du mal à s’extraire de cette soirée.

Hors les murs et sans frontières, sur de petits ou grands chemins, la musique jazzy a fait vibrer notre montagne jusqu’aux fondations de nos vieux forts, sages gardiens d’une histoire riche de trésors.

Texte : Gaëlle PACE et Photos : Isabelle Delfourne et TH Durand