Stéphane Azzola, ancien entraîneur des équipes de France de snowboard et Aluan Ricciardi, 15ème lors des Jeux Olympiques de Vancouver et 5ème aux X Games, ont installé en 2014 le team Slopestyle labélisé FFS à Risoul.

En 2014, la fédération a décidé, pour une facilité de fonctionnement, de faire appel à des structures labellisées FFS. Les athlètes, rentrant dans les quotas pour être en équipe de France, bénéficient ainsi d’une bourse coaching qui leur permet de financer une partie de leur saison au sein d’une structure. C’est pourquoi, à ce moment-là, Lucile Lefevre et Sébastien Konijnenberg, à la recherche d’un coaching freestyle, sont allés chercher leur ancien entraîneur, Stéphane Azzola.
« C’est avec bonheur que j’ai accepté de les soutenir dans ce projet, accompagné d’Aluan Ricciardi qui a, lui aussi, l’étiquette de coach pour partager cette aventure et nous transmettre son expérience d’athlète de haut niveau » confirme Stéphane. 

Cette collaboration a pour ambition de former des athlètes « médaillables » avec l’objectif des JO de Corée 2018 en snowboard hommes et femmes. Dans cette structure, Stéphane et Aluan souhaitent créer un groupe soudé, uni et solidaire. « Lucile Lefevre et Sébastien Konijnenberg sont le noyau dur de notre structure » précise Aluan. « Nicolas Palladio (de la Clusaz) et Marion Haerty (de Chamrousse) nous ont rejoins par la suite. »

« Nous alternons tous les deux sur le coaching de ce groupe. Stéphane sur les grosses compétitions et les dates importantes et moi sur les longs déplacements » confie Aluan.

Le jeune Sébastien Konijnenberg, 17 ans, explique : « Quand c’est l’été chez nous, on essaye d’aller sur d’autres continents dans l’hémisphère sud où commence l’hiver pour pouvoir continuer à s’entrainer. C’est la période où l’on va exécuter de nouvelles figures et tenter de reproduire sur la neige ce que l’on a travaillé en gymnastique tout au long du printemps. »

« Nous avons donc décidé de partir Seb, Lucile et moi en Australie, plus précisément à Perisher, une station située à une centaine de kilomètres au Sud-Ouest de Canberra, la capitale. Oui, il y a de la neige en Australie et surtout un Snow Park incroyable » précise le coach. « Perisher est ouvert de juin à octobre. La période de fin août, mi-septembre offre des conditions similaires à notre printemps, avec une neige molle, idéales pour l’apprentissage de figures et la mise en confiance. De plus, la station investit énormément dans le freestyle. Les modules sont parfaits tous les matins, les tremplins re-damés dans la journée s’ils se dégradent et la disposition du park est modifiée régulièrement. C’est pourquoi, c’est le rendez-vous et le lieu d’entraînement de tous les cadors du Slopestyle (ski et snow). Seb et Lucile ont eu l’occasion de rider avec les plus grands de la discipline, ce qui a créé une super émulation pendant l’entraînement. Ils se mesurent aux meilleurs ! »

Nous avons fait une colloc française, afin de partager les frais d’hébergement. Nous étions en compagnie des skieurs des équipes de France de Slopestyle : Quentin Ladame, Coline Ballet-Baz et Enzo Scotto.

« Rider en été leur permet de ne pas avoir vraiment de grosses coupures, de reprendre rapidement leur niveau à chaque retour sur la neige et d’être dans une progression continue » précise Aluan. « Cela se ressent d’ailleurs dans leur snowboard. Seb replaque un triple cork en novembre à Studbai en Autriche, une des figures les plus techniques du moment (3 fois la tête en bas). Les résultats suivent aussi, Lucile finit 4ème de la Pleasure Jam et Seb 5ème, c’est une des étapes internationales du circuit pro.

Ce sont des riders qui en veulent et qui ne lâchent rien, la saison débute juste, alors on va encore entendre parler d’eux !

 

Texte : Camille Badjily
Photos : Aluan Ricciardi