Témoignages de notre histoire

• Eglise Saint-Sébastien – Ceillac
Coiffée de son clocher mur à six cloches, l’église Saint-Sébastien domine le cœur du charmant village de Ceillac. Sa construction remonte au XVIe siècle. L’architecture du bâtiment et l’emploi de divers matériaux témoignent de son remaniement au fil des siècles. Le clocher primitif ne comportait que 2 couvertures pour 2 grosses cloches. Trois ouvertures ont été créées par la suite pour accueillir 3 petites cloches, la 6ème étant installée dans le clocheton. Cet ensemble confère à l’église une silhouette curieuse et originale.
La porte principale, appelée « porte des hommes » s’ouvre sur la « place neuve » (dite de St Sébastien). A droite de l’entrée, un cadran solaire de 1732 a été remis à jour lors de travaux de restauration en 1994. La fresque autour de l’horloge datant de 1872 a été restaurée simultanément. Côté ouest, la « porte des femmes » qui donne sur la « place vieille » fut ouverte en 1755. Les jeunes filles restaient au fond et pouvaient en vieillissant (en âge ou en sagesse) se rapprocher du chœur.
A l’intérieur, les fresques du chœur, découvertes et restaurées après les inondations de 1957, racontent la vie de saint Sébastien. A l’entrée du chœur, la statue en bois de sainte Anne, provenant de la chapelle Sainte-Anne, fut miraculeusement épargnée par une impressionnante avalanche pendant l’hiver 1918/1919 qui emporta la chapelle. 
Crédit photo : © Michel Chavrot

• Eglise St Sébastien de Plampinet – Névache
Construite en 1510, sur les hauteurs du village pour se préserver des inondations dont avait tant souffert la petite chapelle plus ancienne, l’église Saint-Sébastien de Plampinet est surmontée d’un clocher datant de 1602 (restauré en 1749) de style roman-lombard, facilement reconnaissable grâce à son bulbe recouvert d’ardoises de Bergam. Il y abrite deux cloches fondues par les frères Vallier de Plampinet, datées de 1731 et 1749. 
Bâtie dans le style roman et classée au titre des monuments historiques depuis 1991, l’église est entourée d’un petit muret qui clôture l’ancien cimetière de Plampinet. La belle croix posée sur un socle de grès, appelée la croix des « Mélézets » provient de l’école de bas-relief du petit village italien du même nom, situé de l’autre côté du col de l’Echelle. Le cadran solaire au-dessus du porche ainsi que certains tableaux à l’intérieur de l’église sont l’œuvre du peintre Hippolyte Laurençon (1755-1828), natif du village. La troisième travée voutée de la nef renferme de magnifiques peintures murales du milieu du XVIe siècle (dont le cycle de la Passion du Christ en 20 panneaux) réalisées par des artistes italiens et restaurées à deux reprises. A noter que l’église n’est ouverte que lors des visites guidées, organisées en été uniquement.
Crédit photos : © F Guffroy