#PLUS2PEOPLE / LES PROFESSIONNELS

Depuis quand êtes-vous réalisateur ? Comment est née cette vocation ?
J’ai commencé à réaliser des vidéos à l’âge de 12-13 ans. J’ai débuté par le montage et j’ai voulu, à un moment donné, créer mes propres images et raconter mes propres histoires. À partir du moment où l’on met en scène une vidéo/un film, on est réalisateur en soit, ce qui varie c’est l’ampleur du projet. Par conséquent, la vraie question c’est à partir de quand on devient réalisateur professionnel ? Je dirais quand on commence à gagner sa vie grâce à cette activité, mais aussi quand vos films plongent les spectateurs dans l’histoire racontée et leur provoquent de réelles émotions. Aujourd’hui, je dirais que je me situe à la frontière entre les deux.

Comment définiriez-vous votre métier ?
Un réalisateur conçoit un projet à partir d’un scénario, en imaginant les plans, l’esthétique (décors, costumes, bande sonore etc.) et en castant les comédiens. Mais un bon réalisateur est surtout quelqu’un qui sait s’entourer. Il est le chef d’orchestre d’une grande équipe, et sans musiciens, pas de musique. Sur le plateau, il dirige les comédiens, la mise en scène, les cadres et il est impliqué dans les différentes décisions artistiques. En post-production, il travaille essentiellement avec le monteur et le compositeur, afin d’écrire une dernière fois le film. Enfin, à la diffusion il s’installe dans un fauteuil comme tout le monde et profite de la réaction des spectateurs, pour le meilleur et pour le pire !

Sur quelles réalisations cinématographiques avez-vous travaillé ?
Je travaille essentiellement sur des quotidiennes, téléfilms, clip musicaux, documentaires et court-métrages en tant qu’assistant caméra, steadicamer/cadreur, chef opérateur ou réalisateur, tout dépend du projet.

Quels sont les avantages à exercer votre métier dans les Hautes-Alpes ?
Indéniablement, nous avons ici des décors magnifiques. Et, personnellement c’est une attache aux racines, tout simplement. Cela dit, les conditions de tournage en montagne peuvent être particulièrement difficiles, il faut être bien préparé.

Avez-vous des projets ?
Je suis concentré sur le fait de devenir steadicamer/cadreur sur des grosses productions. Sinon j’ai quelques projets en écriture mais rien de concret. Je me laisse le temps, faire un film est un long processus.