Depuis 1998, une équipe d’archéologues franco-anglaise mène des campagnes de prospection et de fouilles dans le Parc National des Écrins sur le secteur de l’Argentièrois et de la Vallouise. Leur but : essayer de découvrir les traces des premières activités préhistoriques en altitude. Les fouilles se sont ensuite concentrées sur la commune de Freissinière, de Puy-Saint-Vincent et de l’Argentière-la-Bessée.

Les vestiges archéologiques retrouvés correspondent à des stations de chasse préhistoriques, des structures agropastorales datées d’il y a 4200 ans environ et des sites miniers médiévaux. Un objet remarquable a été retrouvé à plus de 2500 mètres d’altitude, au-dessus du lac de Faravel. Il s’agit d’une pointe de flèche. Les archéologues ont identifié plusieurs phases d’occupation de ce territoire. La plus ancienne date du paléolithique final et du mésolithique (plateau de Faravel).

La découverte en 2010 de l’abri de Faravel (à 2133 m d’altitude) révèle un site inédit jusqu’à présent dans le Parc national. Cet abri présente non seulement une occupation humaine comprise entre le mésolithique et le Haut Moyen-âge mais aussi des images peintes de couleur rouge, ce qui est une particularité tout-à-fait remarquable dans les Alpes occidentales. Plusieurs abris peints, datés entre le Néolithique et l’âge du Fer, sont aujourd’hui connus dans les Alpes. Cependant, rares sont ceux offrant des comparaisons satisfaisantes avec l’abri des Écrins.

Abri des Ecrins © L. Damelet CNRS-CCJ

Plus d’infos : www.paysdesecrins.com et https://ccj.cnrs.fr