# Plus2Évasion
Le 01 Mai

L’alpinisme se démocratise grâce aux villages d’alpinisme

La haute montagne est un élément identitaire du territoire Haut-Alpin, avec notamment le massif des Écrins, 2ème site d’alpinisme en France avec des sommets à plus de 4000 mètres et les glaciers qui l’accompagnent. Il est considéré comme le berceau de l’alpinisme en France. Alors que cette pratique est désormais inscrite au Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité de l’UNESCO depuis 2019, les acteurs du massif des Écrins souhaitent ré-enchanter les villages historiques de l’alpinisme et les positionner vers l’avenir, au travers du projet « Villages d’alpinisme ».

Glacier Blanc © Thibaut Blais

Ce projet vise à renforcer l’attractivité du massif en valorisant les grands sites d’accueil, aux travers de 7 villages, dont 5 dans les Hautes-Alpes et 2 en Isère. Leurs points communs : ce sont tous des portes d’entrée du Parc National des Écrins et ils sont également des lieux de départ de grandes courses d’alpinisme : La Chapelle en Valgaudemar et Le Gioberney, Vallouise-Pelvoux et Ailefroide, Monêtier-Les-Bains et le Hameau du Casset, Villar-d’Arène, La Grave, Saint-Christophe-en-Oisans et la Bérade ainsi que le Désert en Valjouffrey.

Villar-d’Arène © Jonathan Dupieux – alpesphotographies.com

 « Villages d’alpinisme » s’est donné plusieurs objectifs. Le premier est de rendre la haute montagne et l’itinérance accessibles et attractives auprès du grand public. Cela passe notamment par donner goût au jeune public de pratiquer la montagne l’été et tester les activités d’alpinisme et d’itinérance. Mais au-delà du grand public, le projet permet de mettre en réseau les acteurs de la montagne et du tourisme et les professionnels autour d’un projet fédérateur et innovant. À ce titre, les habitants doivent être acteurs du programme en participant à la valorisation de leur cadre de vie et de leur savoir-faire. Au final, toutes ces actions contribuent au développement de l’emploi local en valorisant les ressources naturelles et les savoir-faire locaux d’un côté et à la protection de la culture alpine et l’activité d’alpinisme de l’autre.

Le Gioberney © Jonathan Dupieux – alpesphotographies.com


Bon plan : Deux itinéraires en forme de road-trip : “Les villages d’alpinisme des Écrins” et “Le terroir alpin”, des séjours de 5 jours ou plus, sur-mesure, vendus dans un réseau d’agences de voyages. Plus d’infos sur

www.roadtrip-alpes.fr

Les activités de montagne sont en effet nombreuses dans ces villages, avec des terrains de jeux variés : balades thématiques, randonnées itinérantes, escalade, via ferrata, canyoning… sans compter les diverses pratiques d’alpinisme comme la marche glaciaire, les courses emblématiques ou l’ascension de sommets. Et contrairement aux idées reçues, chacun peut les pratiquer à son niveau, quel que soit son âge. En dehors des sports de montagne, les visites culturelles, les lieux d’éveil que sont les maisons du parc, la vie de village, les artisans ou les producteurs, ne manquent pas. Tous les acteurs qu’ils soient professionnels ou habitants sont indispensables à la vie des territoires. Tous forment un réseau d’acteurs nécessaire au bon déroulé des séjours des visiteurs et procurent à ces petits villages de montagne, plus ou moins isolés, une vie à l’année.

La Grave © Jonathan Dupieux – alpesphotographies.com

Se rendre dans un village d’alpinisme, c’est également constater les impacts du changement climatique sur la haute montagne : recul des glaciers, éboulements et effondrements rocheux, érosions, crues torrentielles, etc… Il est donc aussi nécessaire dans ce programme, de concilier développement économique et préservation du cadre de vie et de la biodiversité

Le projet « Villages d’alpinisme » est financé avec le concours de l’Union européenne. L’Europe s’engage sur le Massif Alpin avec le Fonds Européen de Développement Régional.

UN PROJET ARTISTIQUE POUR METTRE EN LUMIÈRE LES HABITANTS

De juin à septembre 2022, 15 projections lumineuses seront réparties dans les 7 villages d’alpinisme des Écrins, afin de mettre en avant les habitants et les personnalités qui font vivre les villages d’alpinisme. Ces projections lumineuses seront réalisées par le photographe et portraitiste Philippe Echaroux, précurseur du Street Art 2.0. Les œuvres seront projetées sur des murs, des maisons ou des arbres dans les villages, avec les portraits des habitants, des professionnels de la montagne, des guides de haute montagne, des hébergeurs, restaurateurs, secouristes, retraités, jeunes montagnards… En parallèle, une exposition de toutes les photos sera installée dans les villages. 

Painting With Lights Val d’Isère ©Philippe Echaroux

Plus d’infos : hautes-alpes.net