#PLUS2PEOPLE / LES PROFESSIONNELS

Le monde du cinéma nous paraît bien lointain depuis nos montagnes. Ici, pas de paillettes ni de tapis rouge. Mais dans l’ombre de nos massifs, des professionnels œuvrent pour le 7ème art et participent à des projets audiovisuels ici et ailleurs. 

Philippe, depuis quand êtes-vous repéreur de décor ?
J’ai commencé les repérages de décors de films en 2011 à l’invitation de Nathalie Pons qui était alors la directrice de la Commission du Film 05.

Expliquez-nous votre métier
« Fixeur » vient de l’anglais « to fix », qui veut dire arranger. Dans un premier temps je cherche les décors imaginés par le réalisateur d’un film. Ça peut être extrêmement varié. Cela va d’une cascade en pleine montagne à l’intérieur d’une maison des années 60, en passant par un carrefour routier en rase campagne… C’est une sorte de chasse au trésor très passionnante où il faut essayer d’être aux aguets tout le temps et capter la moindre information pouvant amener au bon endroit ! Ensuite, après validation du lieu par les intéressés, il faut « arranger » les problèmes inhérents au tournage : trouver les propriétaires, gérer les autorisations, les problèmes d’accès, les installations des équipes techniques et de toute la logistique du tournage, les négociations financières pour l’utilisation du lieu, etc… En résumé, il s’agit de défaire les nœuds pour que tout se passe sans accrocs le jour du tournage. 

Sur quels projets avez-vous travaillé ?
L’Apparition de Xavier Giannoli avec Vincent Lindon et Galatea Bellugi
Roya (Les survivants) de Guillaume Rénusson avec Denis Ménochet
Soyons fous de Quentin Perez (Long métrage documentaire)
Le Défi de l’Aigle de Emmbé (docu-fiction projeté en 5D au Muséoscope du Lac)
et une vingtaine d’autres productions…

Est-ce qu’il y a une particularité, des avantages à exercer votre métier dans les Hautes-Alpes ?
La particularité, c’est qu’il faut être sportif ! Et les avantages, c’est que j’aime faire ce métier ici mais je ne vais pas déménager demain pour le faire en région parisienne !

Avez-vous des projets en cours ou à venir ?
Je commence les repérages pour un futur long métrage qui se tournera probablement dans les Hautes-Alpes et qui s’appelle pour l’instant L’Engloutie de Louise Hemon.

Contact : Philippe Cacoye – pcacoyeevent@gmail.com